L’athlétisme dans la zone d’Afrique australe avait besoin d’être repensé. Il renaîtra sous la forme d’un circuit de compétitions composé de cinq étapes connu comme CAA Southern Region Track & Field Series. La première étape sera lancée le 1er février 2018 au Botswana, puis direction la Zambie le 24 février, l’Afrique du Sud le 28 mars, Maurice les 8-9 juin ainsi que le Zimbabwe pour les étapes suivantes.
Le nouveau circuit a été dévoilé par les dirigeants de la zone sud qui se sont réunis les 1er et 2 novembre à Johannesburg. Le circuit vise à offrir aux athlètes juniors et élite un nouveau souffle. Et bien que la Confédération africaine d’athlétisme (CAA) n’ait pas encore confirmé la date de l’étape prévue au Zimbabwe, elle souhaite à travers cette grande première « réinventer la région pour l’amener plus haut en s’appuyant sur des réformes fondamentales apportées au niveau des jeunes, juniors et élites », indique dans un communiqué le président de la zone, Moses Bantsi.
Cette initiative trouve sa source dans la nouvelle politique de décentralisation des responsabilités décidée depuis décembre 2016 par l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF). Dès janvier 2018, il échouera à chaque continent de mener son propre programme de développement tant au plan des centres de développement qu’à celui des centres d’entraînement de haut niveau qu’il abrite. Le fonctionnement des centres continentaux s’opérait précédemment de Monaco, siège de l’IAAF.
Le président de l’Association mauricienne d’athlétisme (AMA), Vivian Gungaram, qui est aussi devenu membre du conseil de l’IAAF début octobre, était en pourparlers avec le directeur de développement du continent africain, le Marocain Aziz Daouada, afin de dégager justement une nouvelle stratégie de développement et d’orientation pour la zone. « Ce circuit trouve toute son importance dans le calendrier 2018 de la CAA vu que les étapes se dérouleront entre les deux principales échéances de 2018 avec d’abord les Jeux du Commonwealth (4-15 avril) à Gold Coast en Australie, puis les championnats d’Afrique en août au Nigeria. Après Gold Coast, il n’y aura pas de compétitions dans la zone australe pour maintenir les athlètes dans une bonne dynamique de compétitions. Le circuit austral réunira les meilleurs athlètes de la zone », indique-t-il.
Autre fait à souligner : le meeting international de Maurice, qui se tient chaque année dans l’intervalle d’avril et mai, sera remplacé par la 4e étape des CAA Series prévue les 8-9 juin et précédera la dernière manche prévue au Zimbabwe. Moses Bantsi avance de son côté que l’introduction du circuit fait suite aux rencontres qui avaient eu lieu déjà aux Jeux Olympiques de Rio en 2016, aux Mondiaux d’athlétisme (4-13 août 2017 à Londres) ainsi qu’au congrès de la CAA à Rabat (Maroc) et la semaine dernière à Johannesburg lors d’une réunion regroupant les organisateurs de meetings.
Championnats australs de cross 2018 à Maurice
« Nous avons ainsi décidé d’un commun accord d’adopter une nouvelle approche pour apporter notre sport dans la zone sud à une étape supérieure. Nous avons revu les structures de compétitions avec une approche plus holistique quant à la manière dont les coaches préparent les athlètes, comment les compétitions sont gérées, le marketing, le rebranding ainsi que la formation et la reformation des officiels techniques », affirme-t-il. « Nous sommes aussi unamines à reconnaître que la région regorge de talents, mais fait face à un manque de structures adéquates. Pour améliorer les performances, pour booster la confiance, affermir la corporation et réduire les coûts, les athlètes et fédérations devraient bénéficier de plus de compétitions intenses dans la zone. »
Moses Bantsi est d’avis que les athlètes se dirigent désormais vers des compétitions de haute facture qui les rendront plus compétitifs au lieu d’aller dans d’autres parties du monde qui imposent à certains pays des coûts insoutenables. Ce circuit leur servira de tremplin en vue des échéances majeures telles les Jeux du Commonwealth, les Championnats d’Afrique du Nigeria et les Mondiaux U20 de l’IAAF, entre autres. À l’avenir, estime-t-on, le circuit atteindra un niveau semblable à celui de la prestigieuse Diamond League. Le projet sera présenté de manière à attirer l’intérêt des sponsors et la télévision.
La réunion à huis clos tenue à Johannesburg récemment par le président de la zone sous le toit de la Fédération sud-africaine d’athlétisme s’échelonne sur le long terme. Figurent en priorités la préparation en vue des compétitions de haut niveau face au reste du continent et le volet jeunes et juniors identifié comme crucial. « Notre force réside dans le sprint et le demi-fond, et nous devons la conserver tout en cherchant à nous améliorer ailleurs », soutient Moses Bantsi. Il cite en exemple ce qui est fait de mieux au Botswana et lance un appel pour renforcer les épreuves féminines.
Chaque fédération de la zone sud a également décidé d’inclure les épreuves combinées et les épreuves techniques qui sont en hausse (perche, marche et marteau) à leurs championnats pour rendre la région plus compétitive. Il se confirme également que Maurice abritera le 3 mars 2018 les Championnats d’Afrique australe de cross-country et que l’Afrique du Sud organisera l’édition 2019. L’Afrique du Sud accueillera également les Championnats de semi-marathon d’Afrique australe 2018 prévus le 28 juillet à Port Elizabeth, événement qui coïncidera avec les Championnats d’Afrique du Sud de la même épreuve.
Un calendrier d’activités commun est en voie d’être élaboré avec les fédérations membres.