Jour important à Rodrigues. Ce n’est ni le jour de la célébration de l’autonomie ni un jour férié. Le sport rodriguais, notamment l’athlétisme, passe en ce mercredi 28 mai à une nouvelle étape malgré toutes les difficultés auxquelles les sportifs de cette île ont à faire face pour s’entraîner et participer à une compétition. En effet, la mise en place d’une unité Pôle Espoirs pour l’athlétisme avec une dizaine d’athlètes grâce au soutien financier et académique du Trust Fund For Excellence In Sports (TFES) se veut être une démarche pour donner les moyens à la génération future de s’épanouir.
L’athlétisme rodriguais est connu pour être une pépinière pour Maurice et le nombre d’athlètes venant de l’île autonome qui se sont fait un nom est nombreux. Le Pôle Espoirs, long overdue, arrive à un moment où les athlètes connaissent toutes les peines du monde pour se préparer. Depuis trois ans, les conditions d’entraînement sont exécrables en raison du fait que la piste synthétique du stade Camp du Roi était dans un étable déplorable.
« Malgré cette situation, nous avons toujours essayé de tirer notre épingle du jeu en travaillant sur un bout de piste qui était encore en état », tient à rappeler au Mauricien Daniel André, ancien président du Comité régional d’athlétisme de Rodrigues, qui va s’occuper du Pôle Espoirs en compagnie d’Henrico Louis, un spécialiste des sprints (100m et 200m).
La récente fermeture du stade Camp du Roi pour l’installation d’une nouvelle piste n’arrange pas les affaires. Car les athlètes de Rodrigues ont dû prendre leurs quartiers sur le terrain de football de la Baie des Lascars. Avec les ennuis et les dangers qu’un tel site représente.
Conditions déplorables
En effet, pas de pointes, pas de starting-blocks et encore moins de chrono en main. L’entraînement se fait au feeling. Les huit haies encore disponibles pour les entraînements sont placées à l’à-peu-près, tandis que les repères sont prises avec les bouteilles d’eau. « Ici c’est la Jamaïque », ironise à notre égard un jeune élément du Pôle Espoirs qui trouve moyen de faire de l’humour. À Maurice, beaucoup auraient déjà baissé les bras. Mais ici c’est avant tout Rodrigues et l’adversité n’est pas une fin en soi.
« Nous devons continuer le travail car nous avons des athlètes qui doivent représenter Maurice à des compétitions dans les semaines à venir. On ne peut pas s’arrêter à l’absence d’une piste. Nous avons attendu trois ans, donc, je pense qu’on peut encore attendre quelques mois, le temps que les travaux se terminent », positive Daniel André.
Pour ce dernier, la mise en place de ce Pôle Espoirs avec le soutien de TFES est avant tout un challenge, mais aussi une façon de démontrer que Michael Glover a une attachement au sport à Rodrigues. « Il croit en notre potentiel et c’est à nous de démontrer que nous sommes capables », estime l’entraîneur.
Michael Glover, le Chief Executive du TFES, de même que le président, Désiré Tsang, sont arrivés dans l’île hier soir et devaient procéder au lancement officiel du Pôle Espoirs (athlétisme) en présence du Chef Commissaire Serge Claire. Une cérémonie qui devait avoir lieu cet après-midi à l’hôtel Pointe Venus.