L’Association mauricienne d’athlétisme (AMA) a sorti l’artillerie lourde samedi au Centre national de formation de football (CNFF) à Réduit pour marquer comme il se doit son premier exercice de team building de la présélection nationale en vue des 9es Jeux des îles 2015.
Une première partie de matinée très distrayante où athlètes, entraîneurs et dirigeants se sont défoulés un bon coup l’espace de jeux divertissants, le but étant justement de créer un esprit de solidarité. Puis un volet tout aussi sérieux marqué par les traditionnels discours et pour finir une présentation explicite des objectifs à atteindre.
Le bilan décevant de huit médailles d’or remportées à Mahé en 2011 contre 13 à Tana en 2007 (exception faite des trois médailles d’or remportées en handisport à Mahé contre deux à Tana) sont encore frais dans les mémoires. C’est une raison suffisante pour que l’AMA se mobilise le plus tôt possible avec toutes les parties concernées pour éviter une nouvelle désillusion. D’ailleurs la devise qui a été adoptée par les athlètes eux-mêmes durant toute cette année préparatoire est on ne peut plus claire : 9es JIOI, nou kas la barak à La Réunion…
Ce team building a commencé avec une matinée ludique qui offrait aux athlètes, dirigeants et entraîneurs l’occasion de se défouler ensemble en participant à des jeux de “dilo dans tin pot”, passage de témoins par les jambes, course à deux en cloche-pied et tug-of-war, entre autres. Des jeux qui avaient pour seul défi de favoriser l’esprit d’équipe.
Tout le monde était réparti en quatre groupes aux couleurs du pays : Difer (rouge), Schtroumpfs (bleu), Pikachu (jaune) et Green Island (vert), chaque groupe étant appelé à créant son propre cri de guerre, alors que l’animation sur le terrain était assurée au micro et en musique par Gillianne Quirin, Sydney Laroulette, Kemraj Naiko, Nadine Benoît, Angélique Narain, Isabelle Decotter, tous d’anciens athlètes restés pour certains au service de l’athlétisme. Ces derniers étaient rejoints un peu plus tard par d’autres anciens, tels Dominique Béchard et Patricia Serret.
« Je pensais qu’il allait y avoir une réunion et un déjeuner. Mais là, c’est vraiment extra de se sentir déjà soudés », lançait tout heureux Dimitri Seechurn, appelé en présélection pour la première fois. Aurélie Alcindor exprimait le même sentiment.
Objectifs définis
Après quoi arriva l’heure des discours et de la présentations des objectifs. Les intervenants, Giandev Mooteea (président Club Maurice), le ministre Devanand Ritoo et Philippe Hao Thyn Voon (président COM) ont tour à tour abondé dans le même sens en s’adressant aux athlètes. Ils ont mis l’accent sur le sentiment de fierté d’appartenir à la présélection nationale, l’importance de viser plus haut en termes de médailles d’or, à s’inspirer des anciennes gloires de l’athlétisme mauricien, à s’entraîner avec rigueur et volonté. Un appel a aussi été lancé au Club Maurice pour que les athlètes n’éprouvent plus de problèmes de transport et qu’ils reçoivent dès à présent ce qu’il faut pour se restaurer après l’entraînement.
L’athlétisme a aussi été cité comme la locomotive du sport mauricien, la fédération la plus structurée avec des dirigeants dévoués à la promotion de la discipline et travaillant dans la transparence et très focalisés sur les objectifs, comme l’a fait ressortir Devanand Ritoo. « Ces Jeux sont d’une importance vitale pour toutes les îles de la région. Les îles rivales vont nous lancer des défis. Il nous restera à prouver que nous pourrons remporter plus de médailles en terre étrangère ».
Il s’est dit convaincu que l’athlétisme a le potentiel pour ramener un maximum de médailles. Il a réitéré sa volonté à offrir aux athlètes tous les moyens disponibles pour les aider à se surpasser et pour réussir. « Nous avons un rôle de facilitateurs envers la fédération, les coaches et les athlètes pour vous aider à aller plus vite et plus loin. Mais sans détermination, nous n’atteindrons pas notre objectif. Nous suivrons votre évolution et progression durant les onze prochains mois. »
Aux entraîneurs, il a déclaré que « votre rôle est de veiller que les athlètes réalisent résultats et performances ». Et d’insister que « la médaille d’or est la plus convoitée. Car pour l’argent et le bronze, je n’ai aucun doute que vous l’obtiendrez ». Il a aussi salué les anciens athlètes qui sont venus aider à consolider l’esprit d’équipe.
Joël Sévère, le président de la commission technique dans le cadre des 9es Jeux et entraîneur national des lancers, s’est lui livré à un état des lieux sur les forces et faiblesses relevées dans les différentes spécialités de l’athlétisme mauricien et les chances de médailles de Maurice. « La machine est bien lancée. Mais nous souhaitons qu’après un bon départ nous traversions aussi la ligne d’arrivée les premiers », a-t-il conclu.
Vivian Gungaram, président de l’AMA, s’est appesanti sur « la façon dont il faudra procéder afin de récolter un maximum de médailles d’or ». Il soutient que « l’athlétisme est une discipline individuelle, mais pour gagner, il faut qu’elle devienne un sport d’équipe, où toutes les parties jouent le jeu pour atteindre l’objectif fixé ».
Il a passé en revue le plan de préparation et de formation échelonné pour 2015 et a insisté notamment sur les modes de qualification par voie de minima établis par le pays organisateur et ceux de Maurice qui sont comme toujours plus élevés.
Le prochain team building se tiendra en décembre et réunira également la dizaine d’athlètes rodriguais présélectionnés. Ce sera un regroupement semi-résidentiel d’une douzaine de jours.