C’est le marathon qui servira d’épreuve d’ouverture aux 9es Jeux des îles prévus du 1er au 8 août à l’île soeur. La course mythique courue traditionnellement en fermeture, comme aux JO, n’a pas trouvé sa place un dimanche matin en bout de semaine à cause d’un calendrier serré, a récemment révélé la presse réunionnaise. Jean-Louis Prianon, ancien athlète mais toujours symbole de l’athlétisme réunionnais, trouve que c’est d’ailleurs « rarement une épreuve très suivie ». Rendez-vous est pris pour le dimanche 2 août au Stade de St-Paul et non un dimanche matin pour la clôture de l’événement.
Les journées de compétitions d’athlétisme s’annoncent donc intenses durant ces Jeux raccourcis sur une semaine. Reste que certains coureurs réunionnais ont déjà assuré leur place au marathon, à l’image de Bruno Betsman, Jean-François Lebon et Elsie Emma qui ont acquis leur sélection déjà en 2014 à travers les championnats régionaux, lesquels étaient établis comme critères de qualification automatique, souligne Prianon, responsable du demi-fond. Il fallait courir en moins de 2h30 (hommes) et moins de 3h15 (dames). Betsman s’est imposé en 2h29’15 et Emma en 3h14’47 validant ainsi leur billet.
La qualification pouvait aussi être obtenue sur un marathon hors de l’île dans les temps de 2h25 (hommes) et 3h15 (dames). Mais personne n’a pu les réussir. Par contre, aucun minimum n’est imposé pour le marathon des Jeux. Quant à Jean-François Lebon, lui-même vainqueur de la cette course à Mahé en 2011, il a intégré directement la sélection avec l’aval du conseiller technique Jean-Louis Lebon et de l’équipe technique régionale, sans avoir eu à répondre aux critères de qualification.
Deux autres coureurs, Thierry Ganofsky et René-Paul Léocadie, ont été présélectionnés en démontrant un état d’esprit jugé irréprochable par Prianon qui, pour rappel, avait terminé 4e au 10 000 m aux JO de Séoul en 1998.
Chez les dames, la vétérane Marcelle Puy, médaillée d’argent en 2003 à Maurice, de même qu’Eugénie Mareux sont candidates. Puy a préféré cette année le marathon des Jeux à la course en montagne du Grand Raid qu’elle a remportée déjà cinq fois en 1995, 2002, 2007, 2008 et 2010. Elle avait également obtenu le bronze aux 5 000m et 10 000 m en 1998 aux Jeux de La Réunion.
L’athlétisme réunionnais sera fort d’une délégation de 60 athlètes. Il est toutefois peu probable que celle-ci aligne dix marathoniens, cinq chez les hommes et cinq chez les dames, même si dix places sont prévues étant donné qu’il y aura des choix à faire. Prianon et l’équipe technique suivront de près la performance et la progression des coureurs avant d’arrêter leur liste.