Il ne nous est pas souvent donné de voir un novice devancer au départ d’une épreuve de sprint des coureurs fort redoutables. C’est ce qui s’est produit au Sports Ataköye Arena d’Istanbul, qui abritait la semaine dernière les mondiaux en salle d’athlétisme.
Le Mauricien Thierie Ferdinand, 19 ans, s’est retrouvé dans une série du 60 m hommes fortement relevée avec des adversaires plus costauds dont la star américaine Justin Gatlin, doublement couronné aux mondiaux d’Helsinki en 2005 aux 100 et 200 m. Mais le Mauricien n’a pas tremblé. Il a jailli plus rapidement que les autres du fond du 7e couloir et conservera son avance pendant « 30 mètres » avant de se faire rattraper par ce bolide de Gatlin et tous les autres.
« Je n’étais vraiment pas loin de passer ce premier tour pour me retrouver en demi-finales », déclare à juste titre le principal concerné. Il a été crédité de 7”05 alors que le dernier qualifié sur l’ensemble des huit séries est passé avec 7”00, note-t-il. Mais on peut dire que son entraîneur, Nanda Chinapyel, peut être fier de lui.
Ferdinand, qui vient du village d’Olivia, situé tout près de Bel Air Rivière Sèche dans l’est, est un petit gabarit de 1,74 m comparé à Gatlin, qui est devenu le nouveau champion du monde en salle de l’épreuve samedi. Mais Istanbul lui laissera des souvenirs marquants. Ferdinand va bientôt s’envoler pour quatre mois de stage en Jamaïque au centre d’entraînement de haut niveau IAAF spécialisé en sprint. Au pays d’Usain Bolt, il aura l’occasion de se perfectionner en acquérant plus de vitesse et surtout de puissance musculaire.