La durée de suspension jusqu’au 15 avril 2015 du marathonien Jean-Luc Vilbrim pour méconduite ne sera pas réduite suite à l’appel que l’athlète avait fait en ce sens à l’Association mauricienne d’athlétisme (AMA) le 18 février dernier. Mais le coureur a été exceptionnellement autorisé à défendre hors concours et sans dossard ses chances de se qualifier à la course de sélection prévue le 29 mars pour les prochains Jeux des îles (1er-9 août).
De plus, il devra de prémunir d’une couverture d’assurance pour s’aligner et se soumettre au contrôle antidopage après la course, si la situation l’exige. Ce sont là les quatre conditions que lui impose l’AMA suite à une décision que cette instance a prise lors d’une réunion tenue le lundi 23 février au siège de l’association à Réduit.
La demande de réduction de la durée de suspension déposée par l’athlète a été longuement débattue, fait ressortir l’AMA dans un communiqué émis hier après-midi vers 16h. Elle est finalement restée quasi intransigeante en décidant de maintenir la suspension de l’athlète jusqu’au 15 avril. La suppression de sa licence explique pourquoi le coureur devra être couvert par une assurance. Le marathon qualificatif aux prochains Jeux des îles se courra sur le tronçon routier Réduit-Moka-Quatrier Militaire-Réduit.
On aurait pu croire qu’un allègement de suspension serait intervenu en fin de semaine de manière à permettre à l’athlète de renouer avec la compétition en concourant, dès ce samedi, à la phase finale de la ligue de cross-country à Candos. Mais rien n’en fut.
Jean-Luc Vilbrim ratera donc également le 12 avril le marathon de Paris où l’an dernier il avait couru en 2h24’09. Il reste le seul Mauricien à avoir couru, en vingt ans, un marathon dans ce temps. Ensuite, il avait presque réédité ce chrono en juillet aux Jeux du Commonwealth en terminant en 2h25’39 à Glasgow. Il avait également décroché le bronze sur la distance aux derniers Jeux des îles 2011 à Mahé.
Vilbrim avait par ailleurs été champion national de cross en 2011 avant de signer le doublé (ligue-championnat) en 2013. Mais le 11 novembre 2014 à La Réunion, il avait participé au Relais-Marathon International de St-Benoît au sein de l’équipe internationale Run Oxygène quand il n’avait pas été autorisé à le faire par l’AMA. Cela par rapport à sa sélection au sein de l’équipe de Quatre-Bornes et à l’engagement officiel qu’il avait déjà pris avec ce club pour la saison 2015. Il s’était rétracté à la dernière minute après avoir obtenu une invitation de l’équipe internationale Run Oxygène.
Indigné, le comité régional de Quatre-Bornes a alerté l’AMA, qui a infligé au coureur une suspension provisoire le 13 novembre dernier jusqu’à sa comparution devant un comité disciplinaire le 15 décembre. Le 28 janvier, l’AMA prononça le verdict après avoir pris connaissance du rapport intérimaire déposé par le comité disciplinaire.