Le rideau est tombé dimanche matin sur la Vital Cross Country League avec la tenue de la cinquième et dernière manche, au Sodnac Wellness Park, à Candos Quatre Bornes. Une dernière manche qui s’est clôturée comme elle avait commencé le 31 janvier dernier, à Les Casernes, Curepipe, pour Paramasiven Samynaden de Gymkhana AC . En effet, ce dernier s’est imposé chez les seniors hommes réalisant ainsi son premier doublé ligue-championnat national de cette catégorie. Prisca Manikion, de Chemin Grenier AC, n’a, elle, pas pu terminer sur une victoire chez les seniors dame en prenant la deuxième place derrière la Rodriguaise Antoinette Milazar, championne de Maurice pour la deuxième année consécutive. Prisca Manikion remporte, en revanche, le titre de championne de la ligue et ce, pour la quatrième année de suite. Soulignons la très brillante performance de deux jeunes champions, nommément Alvinio Nabab, de Beau-Bassin AC chez les poussins, et Divesh Dyal, de Highlands AC. Les deux coureurs ont été les seuls à avoir terminé cette ligue de cross sur un sans-faute.
En 2008, Paramasiven Samynaden réalisait le doublé ligue-championnat national junior, avant de s’imposer, trois années plus tard, soit en 2011, comme le champion de la ligue. Deux saisons après, le coureur du Gymkhana AC a renoué avec le succès en signant son premier doublé chez les seniors. Il n’empêche que tout n’a pas été facile pour lui, cette saison, malgré un début victorieux à Les Casernes. Car lors de la deuxième manche à Médine, il abandonnait après deux tours du circuit seulement. « Dans l’ensemble, ce cross s’est bien passé. il y a eu des hauts et des bas. Après mon abandon lors de la deuxième manche, il y a eu un moment de doute. Je n’a jamais baissé les bras. Au contraire, j’ai essayé de retrouver la confiance », a déclaré Paramasiven Samynaden.
Sur le circuit du MGI à Moka, il termina à la troisième place derrière les deux coureurs du Curepipe Warriors, Nicolas Boissèque et Mohamad Dookun, vainqueur de la course. Cela, après avoir mené dès l’entame du deuxième tour. « C’est lors de la quatrième manche à Candos que j’ai pu retourner la situation en ma faveur. Dimanche dernier, j’ai fait attention à ne pas commettre les mêmes erreurs qu’à Médine et à Moka surtout où j’étais parti un peu trop vite, alors que ma force principale demeure ma pointe de vitesse finale », a-t-il fait ressortir.
Dimanche dernier, Paramasiven Samynaden avoue avoir fait preuve de beaucoup d’intelligence et de patience surtout en évitant de partir trop vite en solitaire. La tactique était également très importante, a-t-il souligné, avec la présence de Jean-Luc Vilbrim, du jeune Mohamad Dookun et de Nicolas Boissèque. D’autant que, selon lui, tout le monde pouvait prétendre à la victoire. « C’est le premier doublé de ma carrière chez les seniors et je suis très content. Je remercie ma famille, mes parents, mes amis, mon entraîneur Jacques Lebon, mon coéquipier Nicolas Boissèque et tous ceux qui ont contribué d’une façon ou d’une autre à cette réussite », a-t-il déclaré.
Après ce sacre, Paramasiven Samynaden compte s’attaquer au 1 500 sur piste et tenter de s’approcher du record de la distance (3.50:42), établi par Christopher Blackburn le 17 juin 1994 à Anvers, en Belgique. Le record manuel (3.50:00) avait été lui établi le 18 juin 1980 par Jacques Legrand à Saint-Maur en France. La meilleure performance de Paramasiven Samynaden est de 3.57:21, réalisée en avril dernier, à Bambous. Il compte également tout faire afin de réaliser les minima pour se qualifier pour les Jeux du Commonwealth, prévus du 23 juillet au 3 août, à Glasgow en Écosse et aux Championnats d’Afrique qui se dérouleront du 10 au 14 août prochain au Maroc.
Championnat d’Afrique de cross en Ouganda
Pour sa part, Prisca Manikion se réjouit de ce nouveau titre d’autant qu’elle a failli ne pas y prendre part pour des raisons professionnelles. « Je n’ai pas entamé ma préparation en octobre comme cela aurait dû être le cas. Ce n’est que peu de temps avant ma participation au marathon de St Benoît en décembre dernier que j’ai repris l’entrainement », a-t-elle fait ressortir. Quatrième à ce relais marathon avec l’équipe de Vacoas/Phoenix, Prisca Manikion a indiqué avoir ainsi pris la décision de participer à la saison de cette ligue de cross qui vient de prendre fin.
Selon elle, la saison n’a pas été difficile, sauf que le manque de préparation lui a fait défaut surtout en fin de parcours comme en témoignent les trois défaites concédées. « Si j’avais entamé ma préparation en octobre, c’est sûr que j’aurais pu ne pas être battue et qui plus est, certainement pas par plus d’une minute lors de la course de dimanche dernier. Dans l’ensemble, je suis satisfaite de ce que j’ai pu réaliser, malgré un manque évident de préparation Je remercie mon entraîneur Karl Paul, le Conseil de district de Savanne et tous ceux qui m’ont soutenu pendant ce cross », a-t-elle expliqué.
Pour conclure, Prisca Manikion a indiqué qu’il est probable qu’elle passe au 5 000m (marche ou course) sur piste. Il n’empêche que rien n’est décidé. Car pour elle, il est d’abord question de trouver un emploi après avoir décroché son diplôme en Physical Education. « Tout dépendra du travail que j’aurai, donc de ma disponibilité. Ce que je trouve vraiment regrettable, c’est que j’ai beaucoup donné pour mon pays, mais qu’en retour, je n’ai pas la considération voulue. Après les Jeux des Îles de 2011 aux Seychelles, on m’a fait des promesses au niveau du ministère de la Jeunesse et des Sports. Malheureusement, j’attends toujours… », a-t-elle fait remarquer.
A noter que Prisca Manikion et Paramasiven Samynaden participeront, le 16 courant, au Championnat d’Afrique de cross country qui se déroulera à Kampala, en Ouganda.