Une année d’athlétisme chasse une autre, tout comme un nouveau président fraîchement élu le 22 décembre dernier. En effet, après une année marquée par un passage très discret aux Jeux Olympiques de Londres et rien qu’une médaille de bronze aux Championnats d’Afrique au Bénin, l’athlétisme mauricien se tourne désormais vers les Jeux de la Francophonie (6-15 septembre à Nice) sous la présidence de Clyde Thomas. Celui-ci a succédé à Anand Sukhraj qui a complété deux mandats.
Que peut-on retenir de concret en terme de résultats de la saison écoulée, et ce sans tenir compte du nombre de records battus et du respect dans toute sa rigueur d’un calendrier d’activités national, régional, voire international chargé ? Vraiment pas grand chose. Car dans le sport, seuls les résultats et les performances permettent de prendre la mesure du niveau. Et bien que les Championnats d’Afrique à Porto Novo et les J.O. de Londres aient été les événements phares de l’année écoulée, ils n’ont toutefois pas comblé les attentes, surtout le rendez-vous olympique.
Mais Londres était quand même un passage obligé pour savoir s’il y a eu recul par rapport aux précédentes olympiades. Le sprinter Fabrice Coiffic et Annabelle Lascar, spécialiste du demi-fond furent ainsi nos seuls représentants à Londres. Ils furent désignés pour bénéficier des deux invitations destinées à l’athlétisme vu qu’aucun des douze athlètes présélectionnés depuis le début de l’année n’aura réussi à satisfaire les minima qui étaient imposés.
Sur la ligne droite, et après avoir franchi le tour préliminaire (2e en 10” 62), Fabrice Coiffic ne put éviter l’élimination dès le 1er tour terminant 7e et dernier de la 7e série en 10” 59. Un échec qu’il attribuait néanmoins à une blessure subie en France lors de sa tournée pré-J.O. et à quelques courses qu’il lui ont manqué pour être au mieux. Mais dans le fond, il n’aura été qu’un simple figurant…
La 5e et avant-dernière place obtenue par Annabelle Lascar en série du 800 m dames ne peut qu’être en soi une grande consolation. Car bien qu’étant éliminée, la coureuse a raté de peu sa place en demi-finales. Son chrono de 2’05” 45 (record personnel) valait bien mieux que les temps réalisés par au moins six qualifiées pour les demi-finales. 19e temps des séries, elle ne fut pas repêchée parmi les six qualifiées au temps. Les trois premières de chaque série se qualifiant directement.
Mais le président sortant de l’Association mauricienne d’athlétisme se veut quand même optimiste pour les prochains Jeux de Rio 2016. Il est d’avis que « nous pouvons avoir des qualifiés directs à travers les minima, si les facilités nous sont accordées dans ce sens », assure Anand Sukhraj. Avant d’ajouter qu’« il faut être patient et attendre encore pour avoir d’autres athlètes du même calibre que Buckland et Milazar. Le potentiel existe réellement. On le verra dans quelques années, si les athlètes sont bien suivis. »