Le procès intenté au religieux Jean Mario Moctee tire à sa fin. L’accusé devrait être fixé sur son sort lundi. Lors des plaidoiries, la poursuite avait insisté sur le fait que le témoignage de la victime est crédible et que cette dernière avait été traumatisée à la suite des événements.

L’avocat du père Moctee, Me Bernard Marie, a, lui, demandé un verdit d’acquittement pour son client, faisant ressortir que l’élément de “mensrea”, important pour déterminer la culpabilité de l’accusé, n’a pas été prouvé dans cette affaire.

L’adolescent de 15 ans avait témoigné via visioconférence lors de ce procès pour éviter tout contat avec le religIeux. Trois jeunes hommes, âgés de 18 ans, avaient été appelé à la barre des témoins.

Ces derniers devaient tous soutenir qu’ils n’avaient jamais rien vu d’anormal dans le comportement de l’accusé, et ce alors qu’ils avaient l’habitude de le cotoyer ou encore de passer du temps chez lui.

La présumée victime, elle, avait porté plainte à la police, avançant dans ses déclarations que le père Moctee l’avait invité, avec un ami, à passer la nuit ensemble à la cure de Sainte-Anne, à Chamarel. Alors que l’adolescent était devant son ordinateur, allongé sur un matelas, le prêtre l’aurait rejoint en se glissant sous la couette. Il aurait alors commencé à le caresser. L’adolescent aurait toutefois pu repousser les avances du prêtre.

Ce n’est qu’un mois après qu’il avait décidé de tout révéler à ses proches. Le père Moctee avait été arrêté le 14 juillet 2015. Il est pour l’heure assigné à résidence et s’est vu ordonner par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi de Rome de ne participer à aucune activité pastorale et de se tenir loin des mineurs.