Une charge provisoire d’attentat à la pudeur a été logée hier contre quatre jeunes, âgés entre 19 ans et 25 ans, devant le tribunal de Flacq. Ils sont suspectés d’avoir agressé sexuellement une fille de 13 ans, fréquentant le collège Manilall Doctor SSS, durant la journée de lundi. Les circonstances exactes de cette agression sont, pour l’heure, inconnues.
Durant la soirée de lundi, le père de la victime, un quadragénaire domicilié à Flacq, l’a emmenée d’urgence à l’hôpital de la localité après l’avoir trouvée dans un état de somnolence. Sur place, elle a été questionnée par les médecins et leur a fait part de son agression juste avant de s’évanouir. Après avoir obtenu les soins nécessaires, son cas a été transmis au Police Medical Office. Le lendemain, après avoir repris connaissance et retrouvé des forces, la victime a donné sa version des faits aux enquêteurs et a accusé quatre individus d’être les auteurs de son agression. Ainsi, trois habitants de Poste de Flacq, soit un jeune de 19 ans, un vigile de 24 ans et un serveur de 25 ans, ainsi qu’un chauffeur de taxi de 25 ans domicilié à Mare La Chaux, ont été appréhendés hier. Ils ont été reconduits en cellule après leur comparution en Cour et devraient être bientôt interrogés.
Par ailleurs, il ne s’agit pas de l’unique cas d’attentat à la pudeur ayant été signalé dans la localité ces derniers jours. Dimanche après-midi, une touriste britannique, 25 ans, logeant actuellement à Flic-en-Flac, avait signalé aux officiers des Casernes centrales avoir été agressée la veille par un inconnu, alors qu’elle se trouvait à Flacq pour faire des achats. Elle leur a déclaré avoir été accostée par un inconnu lui ayant proposé de l’aider à trouver ce qu’elle cherchait. Après qu’il l’a aidé à trouver une carte SIM, ce fut au tour de la jeune femme de l’accompagner pour qu’il s’achète des cigarettes; ainsi tous deux se sont rendus à la boutique Big Boss. Une fois sur place, cet individu l’aurait alors conduit jusqu’au premier étage et se serait enfermé avec elle dans l’une des pièces pour tenter de l’agresser sexuellement. Il a toutefois pris la fuite lorsque la plaignante s’est mise à appeler à l’aide. Ce dernier, que la jeune femme dit pouvoir reconnaître, est activement recherché.