129 morts et 352 blessés. La France panse ses blessures et le monde reste à son chevet après les violentes attaques lancées dans Paris, le vendredi 13 novembre. La traque des terroristes se poursuit et François Hollande a réaffirmé que la réplique sera impitoyable.
Sur sept kamikazes morts vendredi, cinq ont été identifiés. L’enquête sur les tueries de vendredi soir progresse, les efforts sont renforcés pour mettre la main sur un des principaux suspects, qui est en fuite. Tandis que le pays panse ses blessures, François Hollande, le président français, est monté au créneau pour réaffirmer la volonté du gouvernement de combattre les assaillants. “Il n’y aura aucun répit et aucune trêve”, a promis François Hollande, devant le Congrès. “Nous devons être impitoyables”, a-t-il ajouté, en précisant qu’“il ne s’agit pas de contenir mais de détruire cette organisation”.
Des chasseurs-bombardiers français ont lancé dimanche soir et lundi soir leur raid le plus massif jusqu’ici en Syrie, visant Rakka, bastion de l’EI. Le raid a impliqué douze avions français, dont dix avions de chasse, et vingt bombes ont été larguées. François Hollande a annoncé qu’il rencontrerait Barack Obama et Vladimir Poutine pour construire une grande coalition visant à détruire Daesh.
Venu à Paris en début de semaine, le secrétaire d’État américain John Kerry a déclaré : “Dans la cité des lumières, l’obscurité ne prendra jamais le dessus.” Le secrétaire d’État a exprimé la “détermination” des deux alliés à lutter contre le terrorisme. “Nous vaincrons Daesh et tous ceux qui partagent son idéologie méprisable. Nous les combattrons ensemble, et nous vaincrons.” Entre-temps, les signes de solidarité envers les victimes, leurs proches, les Parisiens et les Français en général continuent à travers le monde, y compris à Maurice.