Une nouvelle année et de nouveaux espoirs. Surtout face à des urgences dans différents secteurs. Acteurs de la société civile et citoyens parlent ici de leurs attentes pour 2020.

Sébastien Sauvage, ECO-SUD

“Vital de prendre conscience de l’urgence de la situation”

“Il est vital que le ministère de l’Environnement se rende compte de l’urgence de la situation au niveau de l’écosystème et de l’environnement. À ce jour, il y a 40 organisations qui ont signé le manifeste que la société civile a rédigé en faveur d’un projet de loi pour les Environment Sensitive Areas (ESA). En attendant que l’ESA Bill soit votée au Parlement, il faut instaurer un moratoire sur tous les projets à proximité des ESA. C’est la prérogative du ministre de l’Environnement. Il faudrait même mettre en place un ESA Clearance Process, une étape qui serait en amont du EIA Report. Ensuite, il faudrait mettre à jour l’ESA Bill de façon transparente, avec l’implication des citoyens, et voter la loi au Parlement.

Il est important de pouvoir faire évoluer la Constitution, de mettre le Droit de la Nature dans la Constitution mauricienne. Les lois sont le reflet de notre niveau de conscience. Aujourd’hui, la conscience humaine se rend compte que la Nature a des droits et qu’il faut les respecter. Il faut que la Constitution prenne compte de la conscience mauricienne.”

Chetan Gungadeen, Event Planner

“Plus de facilités pour les jeunes gradués”

“Je souhaite qu’à partir de 2020, le gouvernement offre plus de facilités aux jeunes gradués pour créer leur propre business, notamment grâce à des schemes. J’aimerais également qu’on exploite davantage nos ressources marines et qu’on fasse de cette industrie le pilier de notre économie. Nous ne devrions plus laisser les autres pays exploiter notre zone économique exclusive, mais l’exploiter nous-mêmes.

Pour terminer, je trouve que les autorités devraient proposer beaucoup plus d’activités aux jeunes afin qu’ils ne succombent pas à l’appel de la drogue. Il faut être davantage sur le terrain pour les encadrer et leur expliquer les ravages que peuvent provoquer les drogues.”

Jean Yves L’Onflé, artiste plasticien et peintre

“ Plus de développement au niveau artistique”

En 2020, je souhaiterai voir plus de développement au niveau artistique. C’est un secteur qui devrait gagner en visibilité. Maurice ne dispose pas d’une galerie nationale où les jeunes peuvent se rendre pour apprécier le travail d’artistes comme Serge Constantin, Hervé Masson ou encore Malcolm de Chazal. Des artistes dont ils entendent parler sans connaitre leurs travaux et leurs histoires. Cette nouvelle année devrait aussi être celle du changement dans les mentalités pour une vraie prise de conscience face à la violence faite aux femmes. En ce qui concerne ma carrière artistique, je serai parmi les cinq Mauriciens qui représenteront Maurice au Biennale de Seychelles en avril. J’espère sincèrement que l’un d’entre nous rapportera un prix pour faire la fierté du pays.

Zulfekar Ali Massafeer, chef pâtissier

“Que les Mauriciens vivent unis”

Nous sommes entourés de beaucoup trop de communalisme. Mes attentes pour 2020, c’est que les Mauriciens vivent unie comme une seule nation et avancent main dans la main. Nous devons être fiers d’être Mauriciens. Au niveau personnel je souhaiterai que mon travail marche bien. J’espère voir sortir beaucoup plus de bons pâtissiers de mon école de pâtisserie.  De même, cette je compte aussi profiter beaucoup plus de ma famille et voyager.

Leela Oogarah, présidente Art of living et du Social Education Needs Authority

“Protéger notre environnement ”

Il faut beaucoup plus sensibiliser les gens sur le besoin de protéger notre environnement en 2020. C’est un héritage que nous laisserons à la génération future. Il ne faut pas attendre que des mesures soient prises au niveau international pour suivre. Chaque citoyen mauricien doit assumer ses responsabilités et améliorer son environnement. Autre point, que je tiens à souligner, c’est que le monde court trop vite. Nous passons trop de temps à travailler, alors que nous devrions prendre du temps pour soi pour être beaucoup plus productif au travail. Il faut aussi consacrer du temps à ses enfants et leur donner du quality time au lieu du quantity time.

Ricky Carver, Technicien en Pest Control

“ Que le gouvernement respecte ses promesses ”

Pour 2020, je souhaiterai que tout marche bien au niveau familial, professionnel et côté santé. Sur le plan national, j’espère que le nouveau gouvernement en place respectera toutes les promesses faites à la population. Le mois de décembre 2019 a été marqué par divers remous dans le système du transport après le lancement du Metro Express. J’espère qu’une solution sera vite trouvée pour pallier à ce problème. Notre île a un potentiel remarquable en terme de développement, et je pense qu’on doit être en mesure de l’exploiter efficacement et dans le respect de tous. Aussi, que le gouvernement continue son travail au niveau de la justice sociale en 2020.

Roxanne Ramsamy, travailleuse sociale

“Des lois plus sévères contre la violence aux femmes”

L’année 2020 devrait être signe de renouveau et de quiétude. J’espère aussi qu’elle sera une année où la violence envers les femmes sera punie sévèrement car les cas deviennent de plus violents. Je suis même peinée par le fait que les bébés et les enfants ne sont pas épargnés. Sans oublier le fléau de drogue et la mentalité mauricienne qui laissent beaucoup de questions en suspens pour les mois à venir. Il a vraiment urgence que le gouvernement agisse et travaille de concert avec les ONG pour insulter un nouveau souffle à notre pays.

Vishal Tulsidas, directeur du magasin M. Tulsidas

“Un système uniforme et équitable”

Que les institutions clés de notre île soient plus professionnelles. Qu’elles mettent en place un system uniforme et équitable pour le secteur privé comme le public par exemple lors des pluies torrentielles et les inondations. Il est aussi important de revoir le système éducatif des écoles publiques. Ce serait bien de prendre exemple sur les écoles privées qui malheureusement ne sont pas accessibles à tout le monde. Parmi mes autres attentes, il y a aussi les embouteillages monstres que les autorités ne semblent pas vraiment maîtriser. J’espère voir une présence intensifiée et plus régulière de la part des policiers surtout après 18h. Autre défi important pour 2020 c’est de promouvoir le sport. Par ailleurs, comme les investissements ont déjà été amortis, j’espère que le prix d’internet baissera.

Karine Démarais, assistante personelle et administratif

“Qu’on arrête de polluer”

Il y a un gros travail de sensibilisation à faire pour qu’on arrête de polluer. Comme je suis très branchée nature et randonnée, je constate que c’est très sale. Il faut changer cette culture. En cette période de fête, il y aura beaucoup de déchets partout, des objets en plastique comme des réfrigérateurs, des télévisions, des bouteilles. Je remarque qu’il n’y a pas de poubelles dans des lieux où les gens vont pique-niquer. Il faut aussi qu’on encourage le recyclage pour revaloriser ces déchets afin qu’ils n’atterrissent plus dans la nature. Ce sont ces mêmes déchets qui vont ensuite boucher les drains et créer des inondations.