Les enquêteurs de la CID de Port-Louis Nord ont interrogé un Sub-Inspector affecté à un poste de police dans un faubourg de la capitale suite aux allégations d’attouchement sexuel portées contre lui par une habitante de Roche-Bois âgée de 55 ans. Il a nié les accu- sations, évoquant la thèse de la « vengeance ».

Elle a été examinée par un médecin de la police durant la semaine et a même remis à la CID de Port-Louis les vêtements qu’elle portait le jour des faits allégués. Ceux-ci ont été envoyés pour analyse. Les enquêteurs attendent les conclusions du rapport pour déterminer si l’ADN du Sub-Inspector a été détecté sur les vêtements. La quinquagénaire a églement participé à une parade d’identification, où elle a désigné le policier comme étant son agresseur. Ce dernier devait lui lancer:«To pe koz manti! ». Avant d’être ensuite rap- pelé à l’ordre par ses collègues.

Au cours de son interrogatoire,  le Sub-Ins- pector s’est demandé pour quelle raison la plaignante n’a pas réveillé son fils s’il avait effectivement commis des actes indécents. Après avoir enregistré les versions des deux protagonistes, les enquêteurs ont envoyé le dossier au bureau du Directeur des poursuites publiques.