Il n’y a pas que les fédérations sportives qui sont mal en point. Au ministère de la Jeunesse et des Sports aussi, le moral n’est plus au beau fixe à tel point qu’on parle désormais de scission entre le top management, constitué du secrétaire permanent et de l’AS,  Ashok Bundhooa et du middle management, constitué,lui, des Senior Sports Officers (SSO) et des Sports Officers (SO). Le PAS, M. Seebaluck, qui vient de poser ses valises au 3e étage de l’Emmanuel Anquetil Building, est pour l’heure comme un chien dans un jeu de quilles.
En effet, dans les couloirs du ministère de la Jeunesse et des Sports règne plus que jamais une atmosphère austère où chacun se regarde en chien de faïence. Là encore l’expression utilisée est assez gentille par rapport à la vraie situation. Pour preuve, vendredi d’avant (11 mai), une réunion urgente entre les officiers de ce ministère et le ministre Devanand Ritoo, mais qui fut finalement présidée par le PS, a terminé en eau de boudin. Les SSO, les SO et d’autres personnes qui collaborent actuellement avec ce ministère ont refusé que ce soit Virenkumar Daby qui «chair» la réunion. «Nous avons des choses à dire au ministre contre vous et votre méthode. Donc nous ne pouvons assister à cette réunion que vous présidez», lui lâchait à la figure un officier respecté dans ce ministère.
Depuis un certain nombre de semaines, le feu couvait sous les cendres au sein de ce ministère en raison justement des méthodes de travail des hauts cadres envers le middle management. Les flammes ont commencé à monter lorsqu’au cours d’une réunion, l’AS Ashok Bundhooa ,qui avait un certain temps occupé le bureau du PAS —  avait menacé de mettre sous écoute les officiers de ce ministère afin de trouver la personne qui donnerait — selon son logique — des informations à la presse.
Appel du CCID
Mais les braises se sont transformées en flammes lorsque les SSO, les SO et certains membres du panel qui a finalisé la liste des bénéficiaires d’une bourse de perfectionnement de l’État, ont été invités à venir s’expliquer au CCID. Notamment, pourquoi cette liste a été publiée, quelques heures avant d’être rendue publique, dans le Défi du samedi. «C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Il y a des personnes qui travaillent dans ce ministère depuis des années et jamais elles n’ont été appelées à aller au CCID qu’importe l’information qui est publiée dans les journaux sur le MJS», a-t-on expliqué à Week-End au début de la semaine.
Cette situation, apprenons-nous, a provoqué une réunion urgente le vendredi 11 mai au 3e étage de l’Emmanuel Anquetil Building après le conseil des ministres. Cette réunion devait se faire entre le ministre, les SSO, les SO, les conseillers du ministre et les membres du panel des bourses de l’État. Selon ce qu’on raconte au ministère, la réunion a terminé en eau de boudin lorsque le PS s’est présenté dans la salle avec la ferme intention de présider la réunion, le ministre Devanand Ritoo étant pris par ses engagements politiques. «C’est moi qui représente le ministre quand ce dernier est absent», a martelé Virenkumar Daby.