Le ministre de la Pêche Nicolas Von-Mally a soumis le Master Plan au conseil des ministres réunie la semaine dernière contenant des propositions en vue de consolider et moderniser le secteur de la pêche en tant que pilier de l’économie mauricienne. Les principaux acteurs soutiennent toutefois qu’ils ont été oubliés… Les pêcheurs rencontrés par Le Mauricien se disent inquiets quant à leur avenir.
Les élections générales de mai 2010 ont été l’occasion pour les autorités compétentes de revoir leur position sur la gestion d’un secteur qui contribue au développement socio-économique du pays depuis longtemps. Le portefeuille de la Pêche a ainsi été attribué à un ministre à part entière : Nicolas Von-Mally. Issu d’une île (Rodrigues) où cette activité occupe une grande place, sa nomination avait pour but d’y apporter un nouveau souffle.
Le premier projet de Nicolas Von-Mally a été la mise en place des Assises de la Pêche (voir hors-texte), un atelier de travail permettant de trouver des solutions aux problèmes dans le secteur. Pour le ministère, « l’avenir de la pêche n’a pas été négligé ». « Tous les points et aspects concernant le secteur ont été abordés », soutient le ministre de la Pêche.
Difficulté et épuisement du lagon
Cependant, c’est un autre son de cloche du côté des principaux acteurs. Les pêcheurs se disent « frustrés » par le « laxisme » des autorités à leur égard. « Nu bann ressources finn epuise. Nepli preske ena poisson dan lagon. Pou bann ti peser ki pratik lapess artisanal, li na pa anons nanie de bon », explique Georges, un pêcheur opérant dans le Sud. Cette situation serait due, selon lui, à certaines « pratiques douteuses » dans nos eaux territoriales.
Partageant son avis, Ramdeo Mingur de l’Association des pêcheurs soleil levant soutient que « les conditions de travail ont changé ». Pratiquant la pêche artisanale depuis 1986, cet habitant de Bambous-Virieux affirme que « c’est le changement climatique qui est le principal responsable de la situation actuelle ».
Et Georges d’ajouter : « Nou bann lamer sirtou dan sud-ouest braconé. Ena bann bato lapess etranze ki pe vinn lapess isi. Se akoz sa ki nu bann poisson finn diminue. Dan gramatin ou trouv zot pre kot montagn Le Morne. Kouma eski zot zot kapav lapess san problem alor ki nu, bann ti peser, pe bloke dan nu bann aktivite ? Nu peser moris, c’est nu la mer. Pourtan nu napa kapav lapess kouma bann etranzer. Si nu pena kart peser, bann la empess nu travay. Bann gro bato zot zot vinn pre ar lagon… Eski li normal tou sa ? »
Très remonté, le pêcheur pointe du doigt les autorités concernées. « Ena fwa nu demann nu ki rol Coast Guard pe zoue la dan ? » Les prises, indique Georges, ont diminué de plus de 50 % ces dix dernières années, affectant ainsi les activités de ceux vivant de la pêche. « Avan nu ti pe lapess o mwin sink zour par semenn. Me aster bizin dir pe gagn o mwin 2 zour travay. »
Afin de remédier à la situation, Ramdeo Mingur demande, lui, une étude sur les eaux territoriales et ses poissons. Selon le pêcheur, la disparition de coraux explique la baisse du nombre de poissons dans nos lagons. « Avan ek metie peser, enn zom ti pe kapav nouri so fami. Me aster la, li nepli possib ! Bizin rod enn ti travay bat-bater pou ki kapav zouen les deux boutes. Pe dir donn fasilite bann zanfan peser pou ki zot al lekol. Me mem sa li na pa fasil. »
Les pêcheurs, souligne M. Mingur, rencontrent des difficultés pour acheter le matériel nécessaire pour construire leurs casiers. Le membre de l’Association des pêcheurs soleil levant, qui opère entre Trou-d’Eau-Douce et Mahébourg, soutient que le mauvais temps et certaines calamités naturelles affectent aussi les personnes vivant de ce métier. « Ek bann raz-de-marée, bann ti peser fer boukou perte ! »
La perte de casiers, les bateaux endommagés sont entre autres les dégâts que subissent de nombreux pêcheurs. « Pou refer casie bizin ressi gagn difil ek lacord. Bann matyer premye ki nu gagn difikilte pou gagne. Non selma li cher me li rare. Bann commersan souvan fini gard difil ek lacord pou lezot dimunn. Nu bizin atann kan tou korek pou ki nou kapav remont nu casie ek travay. »
One-stop shop
Quant à Ghirish, un autre pêcheur, le ministère de tutelle doit mettre en place un one-stop shop qui vendra le matériel nécessaire à un prix raisonnable. « Kan nu al aste nu bann difil, li varye selon lumeur commersan-la. Me li na pa rann li kont ki kan li fer koumsa li priv enn fami de so bouse manze », déplore-t-il. Concernant les développements du ministère de la Pêche, tous sont d’avis que « c’est une goutte d’eau dans océan ».
Judex Rampaul, président du Syndicat des pêcheurs de Maurice (SPM), avance que « la situation n’a guère évolué ». « Tou bann minis lapes ki finn vini napa finn resi kompren sitiasyon bann peser ! Ki li Faugoo ek aster Von-Mally… Minis actuel finn travay lor enn tablo kot lot dimoun ti deza ekrir ! Li napa finn efas li pou kompran sitiasyon », fustige-t-il.
Le secteur de la pêche, déclare M. Rampaul, « demeure “handicapé” à cause d’un manque de bonne volonté ». « Malgre tou bann fond ki finn debloker nanie na pa pe bouzer ! Li touzour dan lobscurite ! » De plus, soutient-il, « seuls les nominés politiques bénéficient des facilités offertes ». Rejoignant les propos de Judex Rampaul, Ramdeo Mingur explique : « Ena dimoun finn gagn kart peser ek ki ziska ler zame finn al lapes. Zot gagn enn lamonais ek mem enn ti kass pou bad weather ».
Judex Rampaul estime que « le développement vers une pêche semi-industrielle doit se faire en parallèle avec ceux prévus sur nos côtes ». « Se enn sekter simpl pou develope, me okenn minis ziska ler finn resi kompran sa. » Il est « primordial », précise-t-il, que des pêcheurs soient à la tête des institutions relevant du secteur de la Pêche tel le Fishermen Investment Trust. « Bann peser ena kapasite pou gere sa bann instans-la ek nu pli sir nu pou kompran nu bann besoin. Se koumsa ki nu pou kapav amenn solisyon ! »
Revendications
Le SPM a d’ailleurs soumis plusieurs revendications auprès des autorités concernées, dont la création d’un Voluntary Retirement Scheme (VRS). « La communauté des pêcheurs, qui ne cesse de vieillir, doit bénéficier d’une compensation financière », dit le syndicat. Une compensation destinée aux pêcheurs retraités et qui serait de Rs 8 000 par an, soit Rs 700 par mois. « Nu finn travay sa proposisyon-la a partir rapport juge Forget ki ti pibliy enn dokiman en 2006 lor developman portuaire ek so degre de pollution », soutient Judex Rampaul.
Concernant le mauvais temps, surtout en hiver, le SPM suggère la « fermeture » du lagon dans certaines régions, notamment dans le Sud et le Sud-Ouest. Autre demande du syndicat : une assistance sociale d’un montant plus important allouée aux pêcheurs victimes de catastrophes naturelles, notamment les raz-de-marées. « Ek bann recent raz-de-marée, ena peser kinn finn perdi zot bato ek zot gagn ziss enn compensation de Rs 5 000. Au SPM, nu pe dir ki bizin triple sa kass-la o nivo minister sekirite sosial pou ki bann fami-la kapav redebout lor zot lipie. »M. Rampaul dénonce par ailleurs la lenteur des démarches administratives nécessaires pour que les proches d’un pêcheur disparu en mer puissent recevoir une compensation. « Les conditions doivent être revues ! » Le président du SPM souligne aussi l’importance de la sécurité. Il indique ainsi qu’il y a des lacunes au niveau de la fourniture de life jackets, de bouées de sauvetage, de radios et de fusées de détresse.
À Maurice, plus de 2 000 pêcheurs opèrent dans les secteurs artisanal et semi-industriel. Certains d’entre eux vivent dans la précarité avec des conditions de vie qui ne cessent de détériore. « Avec les prises de plus en plus maigres, ils se retrouvent endettés. Le gouvernement devrait write off les emprunts non remboursés par les pêcheurs en difficulté pour les aider à sortir la tête hors de l’eau », conclut Judex Rampaul.
——————————————————————————————————————————Nicolas Von-Mally: « Donner un nouveau souffle à ce secteur »
Le ministre de la Pêche Nicolas Von-Mally souhaite donner un nouveau souffle au secteur de la pêche. Parmi ses initiatives : la livraison de bateaux pour la pêche semi-industrielle par le Fishermen Investment Trust (FIT), l’aménagement de barachois dans plusieurs régions de l’île, la culture de concombre de mer, entre autres…
——————————————————————————————————————————Pêche semi-industrielle: Quatre bateaux livrés par le FIT

Avec le manque de ressources dans nos lagons, les pêcheurs sont maintenant appelés à laisser leurs casiers pour se tourner vers d’autres pratiques, comme la pêche semi-industrielle. Ainsi, quatre bateaux destinés à la pêche hauturière, distribués par le Fishermen Investment Trust (FIT), seront bientôt livrés aux pêcheurs.