Oisiveté, remords, ennui, temps qui s’étire… Tels sont les sentiments de la majorité des détenus purgeant de longues peines d’emprisonnement. Certains mettent cependant à profit ce temps pour étudier ou suivre des formations. 25 prisonniers de la prison de Beau-Bassin ont ainsi reçu la semaine dernière leur attestation pour un cours intensif en Internet and Computing Core Certificate en 2010. Ce programme découle d’un protocole d’accord signé en juin 2010 entre les services des prisons et le National Computer Board pour que des cours en informatique soient offerts à la prison. Il représente une passerelle pour les détenus, qui entrevoient l’avenir sous de meilleurs auspices. Deux d’entre eux nous font le récit de cette épreuve. Rencontre.
Crâne rasé, glabre et uniforme bien entretenue, M.I. N (41 ans), sous son air timide, regorge de fierté. Vendredi, il était parmi ceux qui ont reçu leur attestation pour la formation professionnelle en Internet and Computing Core Certificate (IC3).
« Mo ti deza ena enn certain connaisans dan informatik me mo pa ti ena okenn certifica. Mo pas ti ena nanier. Dan prison monn finn gagn enn faciliter pou suiv enn cour e aster monn gagn mo certificat. Li enn mari encourazment. Mem mo enn detenu
monn reussi gagn enn certificat dan prison. Mo koner si mo ti dehor mo pas ti pou reussi gagn sa certificat la. Monn reussi tracer monn gagn li », explique cet habitant de Plaine-Magnien avec un sourire gêné qui en dit long sur son parcours.
M.I. N a été incarcéré à la prison de Beau-Bassin en 2008. Il s’est retrouvé derrière les barreaux après avoir été appréhendé avec du marijuana. Ce tailleur, qui compte une quinzaine d’années d’expérience, explique que son intégration dans le milieu carcéral a été très compliquée.
« En tan tayer mo ti p travay la plipar ditan aswar. Ti pe fim enn ti mass osi. Vu ki mass ilegal, monn finn retrouv moi ici. Bann premie zour pas ti difisil, li ti plito trist. Enn sel kout inn mett ou ici. Pann gagn sorti, inn finn bizin passe par sa letap la. Kan monn rentrer, monn trouv la cour la ena boucou dimounn, mo inpe gagn alergik ar sa », raconte-t-il.
M.I. N poursuit en expliquant qu’il a saisi la première opportunité qui s’est présentée à lui : la formation en IC3. Ce projet, qui s’insère dans le cadre de la réinsertion et de la réhabilitation des détenus, vise l’intégration socio-économique des prisonniers et permet d’accroître leur compétitivité sur le marché du travail.
Sa formation en IC3, soutient M.I.N, « inn passe korek ». « Noun gagn enn sans pou zoinn enn formater liniversite dans prison. (NdlR : voir plus loin) Monn reussi gagn enn sanse. Dehor mo pas sir ki mo ti pou zoinn li. » Ce programme professionnel, explique le quadragénaire, lui a permis d’acquérir une certaine expérience et de rester en contact avec l’évolution de l’informatique durant ces années derrière les barreaux.
« Dimin kan mo pou sorte dehor mo pas pou retrouv mwa loin deriere ek informatik. Si mo ti dehor jamais mo ti pou pran sa decision pou suiv sa cour la parski dehor nou ena boucou lokipation. Ici nou inpe lib », lâche M.I. N avec une pointe d’ironie dans sa voix. « Certificat la li pou plito enn souvenir pou mwa. Mo pa pou kapav fer nanier ar li. Tou kout kan mo pou guet mo certificat mo pou rappel mwa enn moment kot mo ti eter e kot sa mo finn gagn sa. Mo conscian ki mem ek enn certificat coum sa, li pu difisil pu mwa gagn enn travay… » soutient-il tout en faisant référence à son certificat de moralité.
Mais loin de baisser les bras, le tailleur a expliqué qu’il pourra mettre à contribution ses connaissances en informatique pour calquer des créations de mode sur la toile. D’ailleurs, tout en suivant le cours, il a aussi continué son métier de tailleur à la prison de Beau-Bassin. Ce détenteur de la School Certificate affirme aussi que son expérience en milieu carcéral « inn servi mwa kouma enn leson. Monn vinn la enn kout mo pa pou revinn la enn dexieme kout ». Il remercie la prison qui a rendu cette formation possible.
Si M.I. N se dit redevable envers l’établissement pénitentiaire, il doit aussi une fière chandelle à ses formateurs qui lui ont appris les rouages de l’informatique. Parmi : B. K (42 ans). Cet habitant de Moka fait partie de ce qu’on appelle dans le milieu carcéral des Peer Educators. Il s’est retrouvé sous les verrous en 2008 à la suite d’un homicide involontaire. Diplômé en IT et ancien technicien à l’Université de Maurice à Réduit, le service des prisons lui a dans un premier temps proposé d’être Peer Educator avant de l’aider à se spécialiser dans le domaine de la technologie.
Ses premières approches avec les détenus pour leur prodiguer ses connaissances au début de la formation étaient des plus délicates. « Au départ mo ti pe senti li inpe dir ek mo senti mwa inpe drol. Mo ti pe dir mo mem kouma mo pou al ver sa bann dimounn-la an plis ki se premie fwa ki mo dan prison. Mo mem monn soker kan monn guet sa lenvironma-la, kan monn guet sa bann comporteman-la. Monn dir kot monn vini bondie. Mo dir mo-mem ki mo pas pou kapav fer zot compren… Me doucema doucema, kan monn komence mett mwa dan sa la po la, monn coumence deal facilement ek zot », raconte le quadragénaire.
Cependant, poursuit B.K, son intégration sans anicroches à la prison de Beau-Bassin est due au respect des autres pour lui et au statut qu’il avait dans la société avant de sombrer. « Se enn zafer otomatik, kan ou ena enn ti statut ou si ou dan domaine enseignement li coum sa. Zot ena enn ti pe plis respe pou ou. Zot fason kozer ek zot appros ek ou li different. Avec sa statut Peer Educator, zot ena enn lapros pli facil ek moi ek pli amical. Zot finn gagn enn confiance ek moi ek zot prefer apros moi », soutient B. K avec une certaine fierté.
Revenant sur cette formation qui est un élément nécessaire pour l’intégration socioprofessionnelle des détenus une fois leur sortie de prison, B. K avance qu’elle ouvre une nouvelle fenêtre sur l’éducation. « Tou dimoun intesesser ek sa. Me bokou decourazer facilement osi. » Commentant le parcours de ses “élèves”, le Peer Education soutient que « zot finn assez bien debrouiller mem zot nivo leducation assez faib ».
B. K n’a d’ailleurs pas manqué d’exprimer sa fierté après la cérémonie de vendredi où 25 détenus ont été récompensés pour leur performance. « Mo mari fier e mo ena enn gran satisfaction. Bann-la finn devouer ek zot meriter gagn sa certificat la. Mo vreman fier osi ki monn reussi sanze enn ou deux dimoune zot bann fason penser. Mo esperer ki sa pou faner koume enn maladie contagieuse ek ki bann detenu la vinn plis responsable ek plis ambitieux dan zot la vie. Sirtout, ki zot intereser pour recoumence zot lavi », explique le Peer Education, qui dit s’être retrouvé en prison après une erreur de parcours.
« Seki monn viv ici se enn gran gran lesson, kikchoze jamais mo ti penser monn trouver. Mo ti vreman soker o comencement me li enn gran experience dan la vie […] Mwa monn retrouv mwa la apre enn acciden de parcour. Domaz ki la cour pann trouv sa e ki zot pann finn rent dan mo faiblesse ek pann reussi compren dan ki situation finn arriv sa. Pou enn dimounn couma mwa fer enn zafer coum sa li pratikment impossib. Dan mo rev jamais mo ti pou penser ki mo pou retrouv mwa ici enn zour », explique le quadragénaire avec une certaine émotion dans sa voix.
À sa sortie prévue pour 2013, B. K ambitionne de faire un Masters’Degree (MSC) en mathématique ou en Software Engineering. L’avenir nous dira s’il relèvera le défi de la réinsertion et jouera à nouveau un rôle dans la société…