Crucial témoignage de Maurice Allet au sujet de l’arrangement proposé par Yatin Varma dès le 20 mai à la MPA pour « Rs 1 million, swa enn parti an euro ek enn parti an roupi »
La première inculpation provisoire dans le Varmagate, faisant l’objet d’enquête du Central CID depuis lundi, devra intervenir au plus tard cet après-midi. Après un peu plus de quatre heures d’interrogatoire Under Warning, hier après-midi et plus de deux heures ce matin dans les locaux de la Major Crime Investigation Team (MCIT), le Private Parliamentary Secretary (PPS) Reza Issack devait comparaître devant le tribunal de Port-Louis en cours d’après-midi pour son inculpation provisoire de « conspiracy to pervert the course of justice » avec la complicité de l’ex-Attorney General Yatin Varma et du président de la Mauritius Ports Authority (MPA) Maurice Allet.
Avec la fin de l’interrogatoire du député correctif travailliste de Rose-Hill/Stanley (N°19), le Premier ministre adjoint et ministre des Services publics, Rashid Beebeejaun, devra être entendu par des limiers du Central CID au sujet de cette affaire. Toujours en ce qui concerne le programme de travail des enquêteurs de la police, l’ultimatum pour l’interrogatoire du principal suspect, Yatin Varma, transféré à la clinique Bon Pasteur depuis hier, arrivera à échéance lundi. D’autre part, des instructions formelles ont déjà été transmises au Passport and Immigration Office en vue d’avertir dès son retour Maurice Allet à l’effet qu’il doit se tenir à la disposition du Central CID dans les plus brefs délais.
À ce matin, le PPS Reza Issack n’avait pas encore soumis sa démission au Premier ministre, Navin Ramgoolam, en tant que tel. « Nou gete ki pou arive taler, lerla nou a gete ki bizin fer », a-t-il déclaré à Le Mauricien alors qu’il arrivait en compagnie d’un des membres de son panel d’hommes de loi, Me Rama Valayden, pour la reprise de son interrogatoire. Parodiant le discours tenus par le vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques Anil Bachoo, traitant les journalistes de « zanimo », le politicien et journaliste a souligné, avec un sourire narquois, que « mwa, Reza Issack, mo pou fidel kouma lisien avec le Lion… »
Au cours de son interrogatoire depuis hier, Reza Issack a retracé les différentes étapes des contacts avec des membres de la famille Jeannot, dont le père Mario Jeannot, à son domicile de Flic-en-Flac, dans une tentative de régler ce litige suite à l’agression de Florent Jeannot par Yatin Varma le 4 mai dernier. Il a réitéré le fait qu’il est intervenu dans cette affaire « par sympathie pour son camarade de parti ».
Dans sa version des faits, le PPS travailliste a fait comprendre qu’à un certain moment lors des travaux de l’Assemblée nationale, l’ancien Attorney General lui aurait fait comprendre que « mo repli kapav tini pression. Mo santi mwa tout sel ek pena personn pe soutenir mwa. Mo pou suiside ». À partir de ces confidences, il a pris la décision de tenter d’intervenir.
Montant de la compensation
« Yatin (Varma) inn donne mwa nimero telefonn bann Jeannot pou koz avek zot », a révélé Reza Issack dans sa déposition. Il a ajouté que lors du premier appel téléphonique, il a renoué contact avec une vieille connaissance qu’est Mario Jeannot. Il est revenu sur les différentes rencontres entre lui et Mario Jeannot et d’autres membres de la famille Jeannot, soit celles du 11 juin, du 12 juin avec Yatin Varma et du 15 juin.
Dans la deuxième partie de sa déposition, consignée ce matin, Reza Issack a retourné des allégations de complot contre des membres de ma famille Jeannot, en particulier contre Mario Jeannot. « Kan koze ti de deroule, a enn moman Yatin la finn koumans fer koler. Li nek dir kass, kass, kass. Nou pa kapav koze san met kass ladan », aurait soutenu Reza Issack en réponse aux questions des limiers du Central CID sous la double supervision des ACP Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi.
Selon la version des faits du PPS Reza Issack aux enquêteurs, les membres de la famille Jeannot auraient suggéré que l’intervention du vice-Premier ministre et ministre des Finances, et leader du PMSD, Xavier-Luc Duval, soit sollicitée en vue de trancher la question du montant de la compensation à être versée pour régler le problème. Il était question de Rs 2 millions avec des proches de Florent Jeannot s’interrogeant sur le montant des honoraires payés par Yatin Varma à son panel d’hommes de loi.
Xavier-Luc Duval n’est pas le seul membre du gouvernement dont le nom a été cité dans le cadre de l’enquête policière sur le Varmagate. Reza Issack a tenu à répéter Under Warning que « mo ti inform Dr Beebeejaun de tout ek mo finn fer tout dan transparans. Mo ti dir Yatin inform PM ek dimand li so lopinion. Mo panse li pa finn koz ar PM », a-t-il ajouté.
Dans cette perspective, le Central CID a déjà pris des dispositions pour procéder à l’audition du Premier ministre adjoint à ce sujet. La décision a été prise que toute personne dont le nom sera cité dans cette affaire serait interrogée par le Central CID à titre de témoin ou de suspect. Dans un premier temps, des enquêteurs de la police devront se rendre à l’hôtel du gouvernement pour enregistrer les explications de Rashid Beebeejaun à cet effet.
Pour ce qui est du déroulement de l’enquête, le transfert de l’ancien Attorney General de la clinique Fortis-Darné à celle de Bon Pasteur, hier après-midi, n’arrange pas les choses pour le Central CID. Dès hier après-midi, une escouade était prête pour procéder à l’interpellation de Yatin Varma. Mais la police a dû se raviser avec la nouvelle admission en clinique.
Toutefois, les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien de sources bien informées indiquent que la police attendra jusqu’à lundi prochain avant de passer à l’action. Si d’ici lundi, Yatin Varma reste toujours admis en clinique, la police aura recours au service d’un des Police Medical Officers pour une contre-expertise de l’état de santé de l’ancien Attorney General pour décider de la marche à suivre.
Avec le développement de ce matin, soit l’inculpation provisoire de Reza Issack, il va sans dire que dès le début de la semaine prochaine, Yatin Varma devra s’attendre à subir le même traitement en attendant la décision du Directeur des Poursuites Publiques, Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, d’instruire ou non un procès au pénal après analyse des conclusions de l’enquête de la police.
En parallèle, le comptoir d’immigration du Passport and Immigration Office (PIO) au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport est déjà en présence d’instruction du Central CID pour avertir Maurice Allet que sa présence est requise pour des besoins d’enquête dans les meilleurs délais.
L’interrogatoire de Maurice Allet s’avère crucial dans la conjoncture car selon des indications disponibles, tout semblait parti de cet appel téléphonique du 19 mai du président de la MPA à Mario Jeannot. Un autre indice de taille est que le président de la MPA a pris le soin de donner des instructions formelles pour qu’aucune entrée ne soit inscrite dans les livres de la MPA au sujet de ces va-et-vient par des inconnus dans une Restricted Area.
Le Central CID est intéressé de savoir les raisons derrière ces extrêmes précautions prises par Maurice Allet pour rencontrer Mario Jeannot. Malgré toutes ces précautions, il pourrait être trahi par les appels téléphoniques adressés à Yatin Varma presque à la même occasion.
Les enquêteurs de la police sont impatients de confirmer si dès le début des contacts dans les locaux de la MPA, il avait été question d’une proposition formulée par Yatin Varma à Mario Jeannot pour la somme de Rs 1 million, soit « une partie en euros et une partie en roupies ». L’interrogatoire de Maurice Allet risque d’être plus élaboré que celui de Reza Issack, compte tenu du nombre de rencontres avec Mario Jeannot ou encore Yatin Varma.