L’ONG Prévention Routière Avant Tout a organisé en fin de semaine une conférence sur le thème « La délinquance juvénile : les comportements à risques et la route », à l’intention des élèves de la Form IV du Collège du St Esprit. Des chauffeurs et receveurs de la CNT ont également été conviés en vue de témoigner sur les jeunes indisciplinés et délinquants qu’ils sont appelés à croiser au quotidien.
D’emblée, le président de l’association Prévention Routière Avant Tout (PRAT), Alain Jeannot, a fait un survol de la situation, non sans avoir établi au préalable la relation entre les comportements à risques, la délinquance et la sécurité routière. « La route est un espace à partager potentiellement dangereux où nous devrions tous parler le même langage, à savoir le code de la route, dans le respect et la collaboration. Or, lorsque cette harmonie est compromise à travers des conduites répréhensibles envers les autres, les infrastructures routières et les vehicules, c’est la porte ouverte aux tragédies pour les contrevenants aussi bien que les innocents qui auraient le malheur de se trouver là au mauvais moment », a-t-il fait comprendre.
Alain Jeannot a déploré le nombre croissant de jeunes ayant eu des contraventions — passant de 325 en 2007 à 812 en 2012 — et le taux de délinquance juvénile, hors contraventions, qui a connu une progression de 570 % en 12 ans, passant de 1 pour 1 000 jeunes en 2000 à 6,7 pour 1 000 jeunes en 2012. Plus de de 95 % des contrevenants étaient des garçons. « Les jeunes à Maurice ont une chance inouïe de bénéficier non seulement de l’éducation gratuite mais aussi du transport gratuit. Cependant, certains torpillent cette opportunité en compromettant leur vie, leur avenir, et celle des autres à travers des comportements asociaux. Il faut en prendre conscience et arrêter cette hémorragie à tout prix », devait mettre en garde le président de PRAT. Ganessen Carpen, garagiste et membre de l’ONG, abondant dans le même sens, a exhorté les jeunes présents à donner le bon exemple. Il s’est dit peiné que certains jeunes ne respectent pas les lieux de cultes.
Les chauffeurs et receveurs de la CNT ont dressé une liste d’actes répréhensibles susceptibles aussi de compromettre la sécurité : lancer de projectiles sur les passants et sur ceux qui patientent aux arrêts d’autobus ; se regrouper debout à l’arrière de l’autobus, gênant la visibilité sur la lunette arrière du véhicule ; uriner dans des bouteilles et lancer sur les passants ; utiliser la porte de secours pour monter ou descendre du bus ; incommoder les passagers en écoutant de la musique fort ; vandaliser des véhicules en lacérant les sièges et brisant les vitres ; appuyer constamment sur la sonnette ; ne pas respecter pas le catchment area inscrit sur son bus pass ; encombrer les routes.
Les chauffeurs et receveurs déplorent également un certain laxisme envers les jeunes indisciplinés sous prétexte qu’ils sont mineurs. Plus de sévérité est souhaité, ont-ils fait comprendre.
En guise de clôture de cette conférence, les élèves ont été invités à faire part de leurs avis sur le sujet. Ils condamnent l’indiscipline et réclament des sanctions contre les contrevenants. Toutefois, certains exigent en contrepartie que les receveurs soient également respectueux envers eux. Ils ont aussi souhaité que les infrastructures invitent à la discipline.