Le leader du MMM, Paul Bérenger, lors de la réception annuelle donnée à l’intention des dirigeants de son parti au Domaine Anna, a présenté l’économie comme le principal défi auquel le pays sera confronté en 2015 dans un contexte international difficile. Déclarant suivre avec intérêt l’évolution de la situation concernant la commission d’enquête sur le Mauritius Turf Club (MTC) et l’affaire MedPoint, il a invité les militants à se préparer pour les élections municipales et a avancé que le MMM, dont le Bureau politique (BP) sera renouvelé en février, se tient prêt à relever les défis qui se présenteront à lui.
Dans son discours de circonstance, le leader du MMM a d’emblée déclaré que 2014 a été une année spéciale, notamment avec la tenue des élections générales. « Nous avons fait notre autocritique comme il le fallait et sommes arrivés à la conclusion que nous avons perdu les élections générales à cause de Navin Ramgoolam », a-t-il lancé. Si l’on peut considérer que cette défaite a été provoquée par une série de gaffes ou un agenda caché, il estime que le résultat aurait été le même. Il relève que 25 % de l’électorat s’est abstenu et l’Alliance Lepep a obtenu 50 % des suffrages exprimés, obtenant 10 % de plus que l’alliance PTr/MMM. Ce qui explique, selon lui, le « drôle de mood » prévalant dans le pays depuis le scrutin. Ayant souhaité bonne chance au gouvernement à la première occasion, il se dit toutefois « inquiet pour le pays ». Cette inquiétude serait motivée par « le vote sanction, une équipe gouvernementale faible et le mauvais départ avec un Cabinet composé de 17 MSM, quatre PMSD et trois du Muvman Liberater », composition qui a été imposée par le MSM, dit-il. Paul Bérenger a accueilli favorablement la présence d’une Madam Speaker pour la première fois à l’Assemblée nationale, mais a toutefois déploré que ce soit une candidate battue qui occupe ce poste. « J’exprime le souhait que la Madam Speaker jouera pleinement son rôle et ne se comportera pas comme les autres Speakers choisis par sir Anerood Jugnauth dans le passé ».
Évolution du MMM
Sur le plan politique, le leader des mauves déclare suivre de près comment le PTr reprendra son souffle, « ce qui ne sera pas facile », et estime que « la question de l’après-SAJ sur le plan politique se pose déjà ». Au niveau du MMM, l’élection d’un nouveau BP sera l’occasion d’un nouveau départ « même si notre programme ne doit pas changer au niveau de l’unité nationale, la démocratie, et la lutte contre la fraude et la corruption ». Sur le plan économique, Paul Bérenger a fait ressortir que le MMM est passé de la gauche radicale de ses débuts à un parti de centre-gauche qui accepte l’économie de marché ainsi que le rôle des entreprises, tout en militant pour un maximum de justice sociale. « Nous avons assumé cette évolution sur la base de tout ce qui s’est produit à gauche au niveau du Parti Socialiste en France et des autres partis dans le monde depuis les années 80’». Il a souligné à cet effet que le débat sur l’orientation économique est encore plus d’actualité avec ce qui se passe en Europe, notamment avec la montée en force du parti de la gauche radicale, Syriza, en Grèce. « Pour la première fois, un parti de la gauche radicale pourrait prendre le pouvoir en Grèce, ce qui risque d’avoir un effet sur les partis de gauche de par le monde ». Il a souhaité qu’il y ait un débat approfondi sur l’évolution du MMM, avec plus d’interactions avec les jeunes et les forces vives, après les élections du nouveau BP.
Défi économique et CT Power
Rappelant que le MMM avait fait élire trois maires à Port-Louis, Beau-Bassin/Rose-Hill et Curepipe, il a fait ressortir qu’« il faut se tenir prêt pour les élections municipales ». Pour lui, le vrai défi auquel le pays sera confronté « sera l’économie ». Se disant inquiet pour le pays, Paul Bérenger attend la présentation du Budget et les détails de la politique monétaire qui seront proposés par le ministre des Finances et le nouveau gouverneur de la Banque de Maurice. Au niveau de la lutte contre la corruption, il estime qu’« il y a une série de test cases dans les prochains jours ». Et de préciser : « Nous verrons ce que le gouvernement fera avec la commission d’enquête sur le MTC, sachant que les plus grands bailleurs de fonds de l’alliance MSM/PMSD/Collendavelloo ont été les bookmakers. Nous verrons comment évolue la situation concernant MedPoint et au niveau de l’ICAC ».
Pour lui, les récentes déclarations d’Ivan Collendavelloo concernant la centrale au charbon de CT Power « est un très mauvais signal », tout comme la présence du Secrétaire financier, Dev Manraj, aux côtés du nouveau ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, lors d’une conférence de presse au Sun Trust. Il voit également d’un mauvais oeil le point de presse organisé par le nouveau ministre de l’Environnement, Raj Dayal, aux Casernes centrales en compagnie du Commissaire de Police et du Commandant de la Special Mobile Force. Il a critiqué « enn metod dominer » qui provoquerait déjà des réactions dans l’opinion publique à Maurice et à l’étranger, avant de finalement présenter ses meilleurs voeux aux dirigeants du MMM, aux militants et à la population en général.