Les opérations pour enlever le poids lourd qui a embouti le domicile de la famille Attiave à l’impasse Pandit Doorandar, Tranquebar, semblent au point mort.

À qui revient la responsabilité d’enlever le véhicule? Vers quelle autorité se tourner pour les dommages? Autant de questions que se pose cette famille ce vendredi matin, 17 janvier.

« Nous avons échappé à la mort de justesse », relate Marie Josée Attiave, 73 ans.

Mardi, aux alentours de 15h, un « camion taxi » transportant de la terre a embouti le mur de la cour familiale, détruisant complètement leur porche.

Au moment des faits, la septuagénaire, son époux et leur petit enfant prenaient le goûter sous le porche.

« J’ai vu le camion basculer sur deux roues et quelques secondes plus tard je me suis retrouvée sous un amas de terre », se rappelle la retraitée, qui a été blessée notamment aux jambes. Depuis, cet épisode hante la famille.

Le domicile des Attiave comprend un rez-de-chaussée et deux étages. Quatre familles y habitent, dont des enfants en bas âges.

Or, les piliers qui soutiennent leur maison ont été sévèrement endommagés. Tous craignent que la structure ne cède à n’importe quel moment.

Un député de la circonscription, Osman Mohammed, a rendu visite à la famille ce jeudi. Jusqu’à l’heure cependant, le camion est toujours sur place.