Le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, commentant l’actualité sur l’échiquier politique, a fustigé le leader de l’opposition, Paul Bérenger, suite aux récents incidents à l’Assemblée nationale en soutenant que ce dernier aurait dû faire preuve de retenue et de courtoisie face à la Speaker, Maya Hanoomanjee. Par contre, il a fait parler le langage de la souplesse à l’encontre du ministre de la Santé, Anil Gayan, qui fait l’objet d’une demande de révocation pour les propos controversés qu’il a tenus à l’encontre de ceux qui suivent le programme de réhabilitation à la méthadone. Il intervenait après avoir présidé la cérémonie de Passing Out Parade de 644 recrues de la force policière au Gymkhana hier matin.
Face à la presse, le Premier ministre a déclaré d’un seul trait : « Enn dimounn kouma Paul Bérenger ki enn vétéran dan politik, mo croire li bizin koné, surtout vizavi enn madam, bizin éna courtoisie. Mo pa pou alle dan koté légal, si pas gagn raison, pas gagn raison. Madam finn dire tir mot. Bé par politesse, kel mal éna si tir mot-la. Mo pas trouve sa enn crime mwa. Et en pleine séance dir madam-la Shame on you. Bé c’est enn gran insulte. Bé Paul Bérenger li pé vinn ti baba pli allé ou  koi ? »
Par contre, le mood était différent au sujet du cas Gayan suite à ses commentaires sur le méthadone. « J’ai rencontré le ministre Gayan et il m’a déclaré qu’il faisait un joke, une boutade comme il l’appelle. Mo pa pran sa telma au sérieux. » Poursuivant à ce même sujet, il a adopté le ton dur pour affirmer qu’il n’a pas à tenir compte des ONG militant contre la drogue et qui réclament la révocation d’Anil Gayan. « Démission pas démission, mo pas pran l’ordre ek personne. Mwa ki décidé kisannla mo nomme minis, kisannla ki mo renvoyé. Abé sa mwa ki pou décidé kan pou bizin décidé », s’est-il insurgé.