Le gouverneur de la Banque de Maurice (BoM), Manou Bheenick, a plaidé, hier soir, pour une sophistication et un développement accru du marché financier mauricien, invitant les différents acteurs du marché à faire des efforts en terme de « deepening » du marché. Manou Bheenick intervenait lors d’une réception, à l’hôtel Hennessy Park, Ebène, pour marquer le succès de l’émission d’obligations lancée par le groupe sucrier Omnicane Limited avec le concours de la Standard Bank (Mauritius) Limited. Le gouverneur de la banque centrale s’est réjoui des efforts déployés par les banques commerciales au niveau de l’accompagnement des investisseurs dans la réalisation de leurs projets d’expansion régionale.
Tout en félicitant Omnicane Limited et la Standard Bank (Mauritius) Limited pour la réussite de l’émission d’obligations sur le marché local pour un montant total de Rs 2 milliards, Manou Bheenick a estimé que les progrès sur le front du « financial market deepening », soit une plus grande sophistication du marché et un développement accru en termes de produits et de services, ont été « frustratingly slow ». Il est d’avis qu’il n’appartient pas seulement à la BoM de faire les efforts nécessaires pour un approfondissement du marché. « All of us need to step up our efforts considerably if we are to have a financial market which is more aligned with our financing needs as a middle-income country », a déclaré le gouverneur. La BoM, a-t-il indiqué, fait des efforts en introduisant de nouveaux types de bons ou d’instruments financiers et travaille en étroite collaboration avec les autorités boursières pour la cotation des titres émis par le gouvernement.
Le marché financier à Maurice, a fait ressortir Manou Bheenick, est dominé par les prêts bancaires. Faisant état d’une étude du Fonds monétaire international, Manou Bheenick a annoncé que Maurice occupe la 13ème place sur un total de 28 pays d’Afrique subsaharienne dans un classement consacré à la capitalisation du marché des obligations émises par des entreprises. « We must do better, much better », a argué le gouverneur. Parlant du succès du Multicurrency Medium term Note Programme de Rs 3 milliards lancé par Omnicane Limited, il a observé que cela est une illustration que des instruments financiers alternatifs et des financements bancaires peuvent aller de pair. « Our well-capitalised banking system, our creditable inflation record, and our exchange rate stability augur well for faster growth of the corporate bond market. This will in turn have a favourable impact on financial and economic stability », a-t-il commenté.
Manou Bheenick a trouvé que les banques mauriciennes jouent de plus en plus un rôle important dans l’expansion de leurs opérations régionales ou au niveau de l’accompagnement des investisseurs mauriciens dans leurs projets régionaux. « Nos banques sont robustes et ont sans contexte contribué à la résilience de l’économie mauricienne pendant la crise financière globale. Cet état de situation est une résultante du cadre régulatoire et de surveillance solide que la BoM a mis en place », a soutenu le gouverneur. Ce dernier a parlé de l’implication de la Standard Bank (Mauritius) Limited dans la réussite de l’émission d’obligations d’Omnicane et a fait les éloges de cette banque pour ses efforts dans ses opérations à Maurice. La Standard Bank (Maurtius) Ltd ; occupe aujourd’hui le 6ème rang parmi les banques locales en termes d’actifs.
Dans un autre ordre d’idées, Manou Bheenick a évoqué la diversification des activités des banques et des groupes mauriciens dans la région, notamment au Kenya où des projets de partenariat ont été lancés. « So Kenya and Mauritius are living examples of increased South-South cooperation and South-South investment, which mean more FDI flows among the Southern countries », a-t-il ajouté.
La transformation du secteur sucrier mauricien dans le sillage de la réforme du Protocole sucrier européen a été soulignée par le gouverneur de la BoM qui a estimé qu’avec son flexi-factory, Omnicane est un exemple de cette transformation.
« There are useful lessons in this transformation for others operating in other sectors of the economy : Adapt or Perish. », a-t-il dit. Manou Bheenick a félicité tous les acteurs de l’industrie sucrière pour sa transformation et leurs initiatives au plan régional avec des implantations en Côte d’Ivoire, au Mozambique, en Tanzanie et au Kenya bientôt à travers Omnicane.