Le leader de l’opposition s’est rendu hier à Hennessy Park Hotel pour une visite de courtoisie au président de la République des Seychelles James Michel. Paul Bérenger l’a félicité à cette occasion pour la façon dont il a dirigé l’économie seychelloise depuis son arrivée au pouvoir dans l’archipel et pour son discours à la nation prononcé la semaine dernière.
Le leader de l’opposition a exprimé son appréciation de la place qu’occupent les femmes au sommet de l’État. Pas moins de trois femmes ont fait leur entrée au gouvernement durant le dernier remaniement ministériel la semaine dernière aux Seychelles.
Les deux personnalités ont longuement discuté de la situation à Madagascar et aux Maldives. Paul Bérenger a rappelé qu’il avait été très critique par rapport au rôle joué par la France et la Francophonie ainsi que la Commission de l’océan Indien mais qu’il avait apprécié celui joué par les États-Unis et l’Union européenne. « J’avais considéré que l’approche adoptée par la France, la Francophonie et la COI n’était pas assez équilibrée », a dit Paul Bérenger, en affirmant avoir toutefois constaté un changement d’attitude de leur part. La situation politique à Madagascar est selon lui bloquée par la position du gouvernement de transition concernant le retour de Ravalomanana dans la Grande île.
Concernant les Maldives, les discussions ont porté sur ce que pourraient faire les pays de la région pour débloquer la situation dans l’île.
Les deux personnalités se sont réjouies de la nomination de M. Mckinnon, ancien secrétaire général du Commonwealth, pour évaluer la situation dans le pays.