Statu quo pour les Verts fraternels qui attendent toujours un move du Premier ministre, Navin Ramgoolam, au sujet de leurs revendications concernant la mise en oeuvre des recommandations du rapport de la Commission Justice et Vérité (CJV) au sujet des réparations aux torts causés aux descendants d’esclaves.
Depuis les échanges téléphoniques et de courriers de la semaine d’avant, les grévistes, menés par Sylvio Michel, sont dans l’attente d’un signe du PM pour rediscuter des nouvelles propositions faites par les Verts fraternels. Ces derniers ont en effet adressé une nouvelle proposition à l’État pour que le projet de mise sur pied d’une Green Reparation Foundation soit intégré au Centre Culturel Nelson Mandela, qui devrait conserver ses objectifs initiaux pour la promotion de la culture africaine et créole. Les VF proposent, entre autres, que le centre soit baptisé « The Nelson Mandela Centre for Green Reparations and Creole and African Culture », que 60 % des membres du conseil soient choisis par les Verts fraternels, incluant la Chairperson, ou encore que 75 % de la source de financement de la fondation proviennent des pays étrangers, 15 % du secteur privé mauricien ayant bénéficié de l’esclavage et du commerce d’esclaves et 10 % du gouvernement mauricien qui participera à un exercice de travail de restitution de la généalogie des descendants d’esclaves et pour mettre en oeuvre les mesures nécessaires en vue d’obtenir les fonds à travers la Corporate Social Responsibility.
Dans un précédent courrier, le PM avait répondu aux VF que le gouvernement mauricien ne pourra participer à une quelconque forme de réparation financière aux descendants d’esclaves, et encore moins les gouvernements français, britannique et hollandais, comme l’ont suggéré au départ les Verts fraternels dans leurs propositions.
Hier, les sympathisants, activistes et proches des grévistes et des Verts fraternels ont tenu un rassemblement sur le site où se tient depuis 23 jours une grève de la faim au Jardin de la Compagnie. L’objectif de ce rassemblement : mobiliser les VF afin de les tenir au courant des dernières informations, explique Daniella Police-Michel, la porte-parole du mouvement de grève de la faim.