Le renflouage du MV Angel 1, vraquier battant pavillon panaméen avec une cargaison de 30 000 tonnes de riz à bord, pourrait aborder une nouvelle étape en fin de semaine, soit trois semaines après son échouage sur les récifs à moins de trois milles nautiques du village côtier de Poudre d’Or. En effet, l’un des deux remorqueurs avec une capacité renforcée, le Mahanuwara, affrété du Sri Lanka par la compagnie engagée dans les opérations en mer, se trouve déjà sur la zone sinistrée depuis ce matin. L’autre remorqueur, le N’Dongeni, est attendu à Port-Louis dans les prochaines 36 heures. C’est ce qu’ont confirmé au Mauricien les agents maritimes concernés. Entre-temps, les opérations de pompage des 900 tonnes d’huile lourde et de lubrifiants dans les réservoirs du bateau qui faisait route vers la Côte d’Ivoire se poursuivent.
Avec l’arrivée du remorqueur Mahanuwara d’une capacité de quelque 6 000 chevaux-vapeurs et spécialisé dans des opérations de remorquage de bateaux en détresse, les coordonnateurs étrangers en consultations avec les responsables de la cellule de crise mettent la dernière main au Salvage Plan pour désenclaver le MV Angel 1 des récifs. Avec une nette amélioration du temps depuis ces derniers jours, les plongeurs professionnels ont pu effectuer des sorties plus régulières en mer en vue de dresser le constat des dégâts à la coque du vraquier immobilisé depuis le vendredi 5 août.
Malgré les difficultés pour maîtriser la voie d’eau avec pour principale conséquence la salle des machines complètement inondée, le principal exercice initié depuis mardi dernier, soit le pompage de l’huile lourde de le MV Angel 1, se poursuit à la satisfaction des parties concernées, en particulier la cellule de crise comprenant des officiels du Prime Minister’s Office, du Directorate of Shipping du ministère de l’Environnement, de la Mauritius Ports Authority, de la National Coast Guard et de la Police Helicopter Squadron.
À hier après-midi, un peu plus de 500 des 900 tonnes, soit 528 mètres cubes d’huile lourde ont été pompées du vraquier au Bunker Barge, le Minorque. À ce rythme, l’étape de délestage devra être complétée en fin de semaine. Les plus optimistes misent sur jeudi à cet effet, soit juste le temps pour permettre au remorqueur le N’Dongeni, venant du Mozambique, de prendre place sur le théâtre d’opération.
« Le plus important est que cette opération de délestage d’huile lourde s’est déroulée dans les meilleures conditions possibles avec aucun risque de marée noire dans la région. La principale préoccupation des autorités mauricienne reste le risque zéro en matière de fuite d’huile dans la mer », affirme-t-on du côté de la cellule de crise, qui se réunit chaque après-midi pour passer en revue l’évolution de la situation et prévoir les prochaines étapes.
Un des aspects du Salvage Plan, qui est actuellement en voie d’élaboration par les spécialistes, concerne la possibilité du transbordement de la cargaison de riz à bord en vue de faciliter le renflouage. Mais la difficulté majeure demeure au niveau de la logistique pour cette opération en pleine mer. À ce stade, aucune des sources approchées n’a voulu confirmer ou infirmer s’il sera nécessaire de passer par le transbordement pour pouvoir sortir le MV Angel 1 des récifs.