Quand les Clarisse Sisters débarquent sur la planète jazz, elles font de la place au swing et envoient balader gentiment la java. De son paradis où il taquine Armstrong, Nougaro approuverait sûrement ! Elles invitent alors le séga dans la partie pour l’incruster dans ce jazz qu’elles façonnent à leur guise. Papitou prend alors une autre allure. On adhère à cette version que les trois voix s’approprient, en l’habillant de swing et de groove, sans dépouiller le morceau de son âme. Du séga typique qui flirte ouvertement avec un autre genre, qui swingue et qui envoie… on se dit que le jazz est cool comme style. De son paradis typique, Ti-Frer aimerait sans doute cette version. Peut-être même qu’il a souri, le Papitou…
Ayo, non ce n’est pas ce qu’on s’est dit quand a écouté Annick, Véronique et Dominique chanter en live au Lemon Tree Café, vendredi dernier. Car on en voulait encore et encore… Ayo, c’est un titre a cappella qu’elles nous ont servi et par lequel elles évoquent les clichés, les lieux et les figures emblématiques qui font de Maurice une île si particulière.
L’univers jazzy des Clarisse Sisters est imprégné de chaleur, celle de la bossa-nova et du latin jazz, qui donne envie de marcher pieds nus sur le sable tiède en écoutant Gilberto Gil, Rosalia de Souza… Les aficionados comprendront !
De la chaleur brésilienne à la Pologne de Basia, la transition est facile : elle porte le titre de Fire and Ice. Un clin d’oeil à la Polonaise, que deux des soeurs Clarisse ont accompagnée quand celle-ci était au sommet, dans les années 80-90. Avec Fire and Ice, un titre bien à elles, on remonte au temps de Matt Bianco, groupe britannique (qui a fait aussi connaître Basia), qui mélangeait savamment pop et latin jazz.
Accompagnées par des musiciens de talent, les ladies du swing ont offert un moment unique aux privilégiés d’une soirée sous les étoiles. Qu’elles reviennent vite !