Le Lux* Belle-Mare a accueilli hier matin deux têtes d’affiches remarquables en Pascal Légitimus et notre compatriote Georges Mathieu. L’idée revient à Miselaine Soobraydoo de Karavann Events qui a voulu marquer avec honneur cette cinquième édition du Festival du rire. Maroni de l’île de La Réunion, une autre pointure, était aussi présent. Pascal Légitimus lancera le festival ce soir à 20 h avec son One-Man-Show au Kafét@.
Il se présente comme un autodidacte, un homme de scène. Pascal Légitimus se félicite de voir que l’humour est bien encadré à Maurice et salue en ce sens le professionnalisme de Miselaine Soobraydoo. Il animera également une Master Class qui consistera à faire lire un texte de lui aux acteurs mauriciens et voir par la suite comment ces derniers le restituent sur scène. Un exercice pour le moins périlleux auquel devrait se prêter la bande des Komiko. Quant au spectacle qu’il présentera ce soir, il l’a intitulé Cocasse Cocotiers pour faire bien mauricien. Il fera aussi lors de ce spectacle un clin d’oeil à George Mathieu, pour qui il a écrit une répartie des plus drôle. George Mathieu de préciser : « Moi, qui avais l’habitude des planches du théâtre de Bouvard et de mes Stand-Up, Pascal a su calmer mes ardeurs. Il m’a « tropicalisé ». Il a su garder un aspect de ma personnalité. Avec ce Mauricien bipolaire que j’incarne, je promets bien des surprises au cours de mon One-Man-Show. » La politique sera aussi égratignée au passage pour coller à l’actualité du moment.
Maroni, qui présentera 30 ans… Bel Kaf, rêve d’un Festival des îles soeurs. Tout est déjà enclenché dans ce sens pour l’année prochaine, assure Miselaine Soobraydoo. « 30 ans… Bel Kaf, parce que j’ai 30 ans, je me trouve beau et Kaf, c’est la couleur marron. Donc, du rire il y en aura à profusion », assure-t-il. Questionné par Le Mauricien sur la possibilité d’assurer d’autres Master Class par Skype à l’intention des comédiens locaux, Pascal Légitimus affirme : « Je retiens cette idée, comme je ne me trouve pas à Maurice. Cela pourrait encourager des talents et mettre en relief des humoristes potentiels. Moi, au départ, je me considère comme quelqu’un de profondément dramatique, mais l’humour m’a permis de voguer sur différents registres. »
Marie Pascale Osterischi, qui a mis en scène Les démons de minuit de Michel Bernier, a adapté cette version en kreol avec Miselaine Soobraydoo. Parlant de ce qui différencie un bon humoriste d’un autre, elle dira que l’humour, c’est avant tout un partage humain et qu’un bon acteur doit avoir de la complicité avec son public. « Dès que le spectateur sent qu’il a devant lui un pote qui arrive à le faire rire, c’est gagné. » Rendez-vous est donc pris pour ce Festival qui promet d’apporter un bol d’air frais même en cette période hivernale. Qui s’en priverait !