Pour les consommateurs, cette nouvelle semaine commence par le souci des prix des légumes au marché, qui grimpent et qui deviennent inaccessibles pour de nombreuses bourses, suite aux grosses averses de ces derniers jours qui ont détruit une bonne partie des plantations à travers le pays. La pomme d’amour est offerte déjà depuis le week-end à Rs 120 le demi-kilo dans certains endroits. « Li pou vinn plis ki Rs 150 dan la semenn », laissait entendre un vendeur au marché de la capitale ce matin.
Si ces prix sont une mauvaise surprise pour les consommateurs, les planteurs, également, les trouvent excessifs. À l’instar d’Amarjeet Beegoo, planteur de Côte-d’Or, dans le centre de l’île, qui trouve aberrant que des marchands achètent la pomme d’amour à une moyenne de Rs 50 le demi-kilo à l’encan et la vendent à entre Rs 120 et Rs 150.
S’agissant des dégâts dans les plantations, Amarjeet Beegoo estime que les grosses pluies du début de la semaine dernière, suivies du fort ensoleillement et de la forte chaleur, ont affecté les plantations « à 100 % dans de certains cas ». « Mais je ne comprends pas l’annonce faite par le ministre de l’Agro-industrie, Mahen Seeruttun, à l’effet qu’il compte baisser les prix de la pomme de terre et des oignons. Il dit aussi qu’il va demander à la Sugar Planters Mechanical Pool Corporation (SPMPC) d’aider les planteurs de légumes, mais cette dernière s’occupe uniquement des planteurs de canne à sucre. C’est ridicule de sa part ; il va dans la mauvaise direction », déclare-t-il.
Pour Amarjeet Beegoo, le ministre Mahen Seeruttun ne sait pas gérer la situation après les grosses pluies. Il dit avoir placé « beaucoup d’espoir » sur le gouvernement, mais « constate que certains de nos ministres sont mal éclairés ». « Je me demande comment cinq officiers seulement peuvent-ils sillonner tout le pays pour évaluer les dégâts causés par les grosses pluies aux plantations de légumes ? En sus, ils ne sont pas équipés ».
Pour sa part, le secrétaire de la Small Planters Association (SPA), Kreepaloo Sunghoon, estime que la situation est assez difficile dans les plantations « avec des dégâts d’environ 40/50 %, tous légumes confondus, à cause de l’accumulation d’eau dans les plantations ». « Le sol a été lavé dans beaucoup d’endroits et les racines des plantes sont exposées au soleil », fait-il ressortir.
Kreepaloo Sunghoon souligne que beaucoup de planteurs ont perdu leurs investissements à cause des grosses pluies. D’où sa demande au gouvernement pour une assistance sociale d’un montant de Rs 5 000 par mois pendant quelques mois aux planteurs dont les plantations ont été affectées à 50 %, et le lancement d’un plan qui leur permettrait d’avoir une ligne de crédit à 0 % d’intérêt pour qu’ils puissent réinvestir dans leurs activités.
En ce qui concerne les prix des légumes au marché, Kreepaloo Sunghoon estime qu’ils seront « très élevés » dans les jours qui viennent. « C’est à partir de ce matin que les planteurs ont commencé à récolter les légumes qui ont survécu aux pluies et ceux de bonne qualité sont très rares dans les champs », dit-il, avant d’estimer que les prix ne se stabiliseront pas avant environ cinq semaines, par rapport à la saison. « Il n’y aura pas de retour à la normale avant fin avril ou début mai en termes de qualité et de prix pour la saison », estime notre interlocuteur.