La grand-mère maternelle de Stacey Henrisson se jette dans la bataille en vue de faire la lumière sur les circonstances de la mort de sa petite fille, âgée de 16 ans, le samedi 5 mai à Bonne-Mère, Flacq. Margaret Rouillon a fait le pont avec des membres de la famille Henrisson, soit celle du père de la lycéenne, pour objecter formellement contre une décision de la mère de la victime, Béatrice Rouillon-Sookur, d’avoir recours à une incinération au lieu d’une inhumation.
Margaret Rouillon était dans l’enceinte de la Cour suprême pour les besoins d’un affidavit afin d’obtenir une injonction contre sa fille Béatrice Rouillon-Sookur. La grand-mère maternelle confirme que ses démarches se font en étroite collaboration avec des membres de la famille Henrisson, qui affirment ouvertement que toute la lumière doit être faite sur les circonstances de la mort de Stacey Henrisson et les magouilles alléguées pour s’approprier son riche héritage par des tierces parties.
Les deux familles Rouillon et Henrisson ont retenu les services de Me Dick Ng Sui Wah. Elles comptent demander une injonction par voie d’affidavit pour interdire toute incinération de la victime comme envisagé par Béatrice Rouillon-Sookur. Elles affirment que toute incinération ne permettra pas de contre-expertise de la dépouille si le besoin se fait sentir. « C’est une bonne chose que les deux familles se mettent d’accord sur la marche à suivre dans cette triste affaire. Avec le développement de ce matin, notamment la présence de la grand-mère maternelle, je me sens plus confortable dans cette situation des plus délicates », a déclaré Me Ng Sui Wah.
« Je confirme apporter mon soutien à cette démarche en Cour suprême. Nous avons retenu les services de Me Ng Sui Wah pour obtenir une injonction. Ma fille et moi avons très peur au vu de ce qui se passe actuellement. Dans le passé, nous nous sommes retrouvés face à des menaces. Nous appréhendons que ces menaces ne soient mises à exécution. Je ne peux comploter avec ma fille. C’est un fait que ma petite fille Stacey était contrôlée par Jayraj Sookur. Elle ne venait que cinq minutes chez moi et le beau-père la reprenait presque tout de suite », a confié la grand-mère ce matin au Mauricien en attendant de compléter les procédures pour jurer un affidavit.