« Maurice est à l’avant-garde au sujet de l’égalité des Genres », c’est ce qu’a affirmé Ségolène Royal, invitée spéciale aux célébrations de la Journée Internationale de la Femme, en présence du Premier ministre, Navin Ramgoolam, hier à l’auditorium du Mahatma Gandhi Institute (MGI). La présidente du conseil régional de Poitou-Charentes, vice-présidente de l’Internationale socialiste et également vice-présidente et porte-parole de la Banque publique d’investissement, s’est montrée admirative devant les progrès réalisés par Maurice pour promouvoir l’égalité des genres, le développement et l’autonomisation des femmes.
L’égalité des genres est une question centrale pour Ségolène Royal, car lorsque la condition, la liberté des femmes et le niveau de vie des femmes augmentent, c’est toute la société qui en est bénéficiaire. Maurice est ainsi en avance sur un certain nombre de choses, notamment l’égalité des genres, contrairement à certains pays d’Europe. La première politicienne de France à atteindre le second tour de l’élection présidentielle, a salué les initiatives et lois instaurées ou revues afin d’améliorer le statut de la femme, comme la mise sur pied du National Women’s Council en 1985, du National Women Entrepreneur Council (NWEC) en 1999 pour faciliter l’entrepreneuriat féminin et la lutte contre la violence domestique. Elle a souligné le fait que Maurice est un des premiers pays d’Afrique à avoir instauré un mécanisme gouvernemental pour la promotion des droits de femme avec la création en 1976 d’un ministère pour les questions féminines, puis un ministère exclusivement dédié aux droits des femmes en 1982.
Ségolène Royal cite plus récemment l’amendement à la Constitution permettant à plus de femmes de se porter candidates aux élections régionales, mais surtout le changement d’appellation du ministère de la Femme en celui du Genre en mai 2010. « Nous ne sommes pas encore là en France car il y a tout un débat sur la question du genre », a-t-elle soutenu et Maurice pourrait d’ailleurs, selon elle, servir d’exemple à la France. « Cette mutation dans le vocabulaire, qui paraît parfois secondaire, reflète une évolution très importante des idées. Cette égalité du genre à laquelle sont accolés le développement de l’Enfant et le bien-être de la Famille, c’est au fond, la réconciliation à la fois du féminisme et du rôle traditionnel de la femme », estime Mme Royal. Toutefois, reconnaît-elle, il est important que la femme n’abandonne pas ses fonctions traditionnelles et qu’elle puisse en même temps « regarder vers le ciel d’autres potentialités de son épanouissement et de son développement ».
La socialiste s’est dite par ailleurs émerveillée par la société mauricienne où coexistent plusieurs cultures. « Cette nation multiculturelle est un exemple pour les différentes parties du monde mais aussi au niveau de la planète dans un moment où il y a tellement de montée d’intolérance, de violence, de rejet des différences. La nation mauricienne, qui s’est bâtie à travers toutes ces migrations variées, est aujourd’hui réussie. Cette solidarité, cette société apaisée est vraiment un exemple. » Les femmes ont joué un rôle important pour l’avancement de cette société.