Assise sur sa terrasse, Françoise Maingard, 94 ans, contemple son jardin, bercé par le bruit des vagues. Depuis qu’elle s’est installée avec son mari à Péreybère il y a un demi-siècle, cette ancienne Beaubassinoise s’est appliquée à faire de cet espace vert un lieu de contemplation et de repos. La vue sur la mer à partir de chaque côté de son habitation est à couper le souffle.
Souriante, le regard lumineux, la coquette nonagénaire, légèrement maquillée, collier blanc autour du cou, nous raconte l’histoire de son jardin et cette maison dont elle est tombée très vite sous le charme.”Lorsque nous avons découvert cette maison, elle n’était pas aussi grande. Elle était dépourvue de jardin, avec une cour couverte de rochers et de filaos. Mais moi, j’ai très vite été séduite”, raconte-t-elle.  La mer, la tranquillité et l’espace pour créer son propre jardin… les désirs de Françoise Maingard, ne pouvaient être que satisfaits lorsque son époux, ancien pilote de chasse en Angleterre pendant la Seconde Guerre mondiale, achète cette habitation. Très vite, le couple agrandit la maison, créé une terrasse en teck inspirée du pont d’un bateau et fait construire une dépendance pour le jardinier d’après le même modèle de leur maison : “J’ai toujours voué une passion pour la nature, la mer, l’horticulture. Ce que j’adore en premier, ce sont les arbres car ils sont les premiers éléments vivants de la terre après le Big Bang”. Aidée de son fidèle jardinier Cassam qui entretient le jardin depuis 45 ans avec la même passion, elle a alors planté des bougainvilliers qu’elle avait hâte de voir fleurir. Même le toit de sa maison est habillé de bougainvilliers. Dans sa cour, elle a même une “rivière de bougainvilliers”.
Tout en regardant pousser ses plantes, elle ne cesse de créer des décors. Cette dame qu’on aime appeler “Lady” et qui a durant une certaine période de sa vie travaillé comme décoratrice pour des hôtels, aménage son jardin avec goût en créant un décor soigné, quelques accessoires utilitaires et décoratives sans trop le surcharger, comme le hamac et un abreuvoir pour les oiseaux.
Lorsqu’elle n’est pas dans son jardin, Françoise consacre son temps à la lecture avec les auteurs classiques ou contemporains de la littérature française comme Leclézio, Jean d’Ormesson (l’auteur du best seller “Au plaisir de Dieu”), ou Matthieu Ricard pour la philosophie bouddhiste. Elle prend aussi quelques instants chaque jour pour écrire ses mémoires pour ses trois filles où elle évoque chaque période de sa vie, sa maison, son jardin.