Le feuilleton du VarmaGate, avec l’ex-Attorney General Yatin Varma et l’ancien Parliamentary Private Secretary Reza Issack accusés de vouloir pervertir le cours d’une enquête policière, prend une autre tournure. Initialement, les hommes des ACP Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi avaient convoqué Kevin Arithoppa, aussi connu sous le nom de Yan, le frère de Florent Jeannot, pour un Statement Under Warning au sujet de la rencontre du samedi 15 juin dernier au domicile des Jeannot à Flic-en-Flac. Un nouveau développement est intervenu peu après midi avec l’arrivée au Central CID de Raj Ramrachia, homme d’affaires mauricien installé en Afrique du Sud, et présumé intermédiaire de Yatin Varma dans le deal avorté du VarmaGate.
Kevin Arithoppa, qui a retenu les services de Me Ravi Yerrigadoo, est arrivé au QG du Central CID peu avant 10 heures. Il devait être entendu sur la séquence des événements avec l’arrivée au domicile de ses parents de l’ancien ministre travailliste Yatin Varma et de l’ancien PPS Reza Issack. Le but du déplacement de ces personnalités politiques était de sceller un accord en vue de mettre un terme aux accusations d’agression sur la personne de Florent Jeannot contre Yatin Varma.
La présence de l’ancien Attorney General et de l’ex-PPS à Flic-en-Flac, où des cadeaux, dont une bouteille de champagne et le livre Oublier et Pardonner, ont été offerts à la mère de Florent Jeannot, n’est nullement remise en question. Le point en litige porte sur une demande de Rs 2 millions formulée pour que Florent Jeannot se rétracte au sujet des incidents survenus le samedi 4 mai lors d’un accident de la route impliquant sa voiture et celle de Yatin Varma.
Le frère de Florent Jeannot a été interrogé sur les raisons pour lesquelles il aurait fait état du montant de Rs 2 millions lors des discussions avec Yatin Varma et Reza Issack. Les indications sont que Kevin Arithoppa a adopté la même ligne de défense que Florent Jeannot à l’effet que cette proposition avait été faite « pour faire fuir Yatin Varma et Reza Issack ce soir-là ».
De leur côté, Yatin Varma et Reza Issack ont soutenu lors de leur interrogatoire que la proposition d’argent d’un montant de Rs 2 millions émanait des Jeannot et que ce sont ces derniers qui avaient pris l’initiative de réclamer de l’argent dans cette affaire.
Toujours dans la matinée, Yatin Varma et Reza Issack, accompagnés de leurs conseils légaux, se sont également rendus dans les locaux du Central CID. Cette présence simultanée du tandem Varma/Issack avec le frère de Florent Jeannot intrigue plus d’un avec des spéculations au sujet d’une éventuelle confrontation.
À sa sortie des bureaux des enquêteurs, Yatin Varma et son avocat, Me Gavin Glover, se sont refusé à tout commentaire. Par contre, Reza Issack a déclaré qu’il avait été convoqué par les enquêteurs pour des procédures d’enquête. « Mais ils m’ont fait comprendre qu’ils me convoqueront ultérieurement », a-t-il dit en substance. D’autre part, Raj Ramrachia a été convoqué en fin de matinée par le Central CID pour interrogatoire au sujet de son rôle dans le VarmaGate. Son nom avait été cité dans cette affaire comme un financier allégué de Yatin Varma depuis le début.
Le nom de Raj Ramrachia a été cité à deux étapes majeures des tractations en faveur de l’ancien Attorney General. Il avait été mentionné comme étant le contact qui allait remettre une partie de la somme agréée en devises étrangères aux membres de la famille Jeannot lors d’un déplacement envisagé en Afrique du Sud. Ensuite, Florent Jeannot a dénoncé dans sa version des faits un message posté sur Facebook par Raj Ramrachia lui demandant de prendre contact avec lui au plus fort des négociations entamées avec le rendez-vous du 20 mai dernier à la Mauritius Ports Authority fixé par Maurice Allet.
L’enquête se poursuit avec l’éventualité que le frère de Florent Jeannot soit également inculpé provisoirement à la fin de l’interrogatoire en cours.