Le directeur de Questacon, Centre national des sciences et de la technologie, à Canberra, Australie, honore le Rajiv Gandhi Science Centre (RGSC) de sa présence dans le cadre de son 10e anniversaire. Le Pr Graham Durant, qui dirige une équipe de plus de 200 employés au pays des kangourous, animera dans ce contexte des ateliers à l’intention de collégiens et d’enseignants. Il sera par ailleurs l’intervenant principal d’une memorial lecture sur le thème A world of Science Centres. Lors de sa visite, il sera également question d’explorer des possibilités de collaboration entre les deux centres dans le futur.
Directeur de Questacon depuis 2003, le Pr Durant a passé plus de 25 ans à l’Université de Glasgow où il avait pour responsabilité la gestion de collections géologiques, les expositions, les conférences et les recherches. Il devait peu à peu s’intéresser davantage à la communication des sciences et c’est ainsi qu’il reçut le Personal Professorship in Science interpretation and communication en 2001. Le centre qu’il dirige aujourd’hui en Australie se donne pour rôle de promouvoir davantage de sensibilisation à la science et aux technologies. Ouvert en 1988, le Questacon accueille plus de 400 000 visiteurs à Canberra alors que plus de 660 000 autres prennent connaissance de ses expositions dans d’autres musées et centres à travers l’Australie et ailleurs.
Pour le Pr Durant, qui a travaillé avec des personnes transmettant avec passion leurs connaissances scientifiques, « les enseignants doivent être passionnés. Les centres scientifiques travaillent très bien ensemble, surmontant les frontières géographiques, religieuses, raciales et politiques ». C’est d’ailleurs un des points qu’il mettra en avant lors de la conférence sur A world of Science centres. À une époque où les clivages économiques, politiques et religieux sont mis en avant au quotidien et que les défis sur la planète terre deviennent manifestes, le réseau des centres scientifiques peut jouer un rôle important en aidant l’humanité à se retrouver dans sa commune destinée.
Le directeur du RGSC, Aman Kumar Maulloo a rappelé que depuis 2007, le centre travaille conjointement avec le gouvernement de l’Inde. C’est d’ailleurs l’ancien haut-commissaire de l’Inde Shri Bondal qui lança l’idée d’une memorial lecture avec un invité de marque chaque année. Revenant à l’ancien premier ministre indien dont le centre porte le nom, il devait dire : « Si Rajiv Gandhi était encore vivant, il aurait 70 ans. Il disait « science is a silent revolution in India » ».
Outre la conférence mémoriale (jeudi 21 août, à 10 h 30 au RGSC), les deux centres ont programmé un atelier sur la cristallographie, les Nations unies ayant décrété 2014 année de la cristallographie. Un des autres intérêts du Pr Durant étant de former de bons enseignants en matières scientifiques, il animera également un atelier à l’intention des enseignants concernés, et un autre au personnel du RGSC sur la manière d’opérer de tels centres.
Susan Coles, haut-commissaire d’Australie à Maurice, a remercié le ministre de l’Éducation tertiaire, Rajesh Jeetah, qui a proposé une collaboration entre les deux centres suite à une rencontre, en présence de Mirella Chauvin, haute-commissaire de Maurice en Australie.
Il est prévu que le RGSC explore avec le Pr Durant des avenues de coopération et un Memorandum of Understanding pourrait être signé à l’issue de leurs discussions.