La retransmission par la station de radio et de télévision nationale (MBC / Tv) du message de fin d’année du président de la République se trouve au centre d’une controverse. La principale conséquence demeure un manque d’égards de la direction générale de la MBC vis-à-vis de la présidence de la République en cette fin d’année. L’événement pourrait faire l’objet d’une correspondance officielle de la State House à la Government House, comme pour consigner une objection formelle dans la conjoncture. Dans son traditionnel message de fin d’année à la nation, sir Anerood Jugnauth de son côté fait état de la situation économique difficile, qui se profile à l’horizon tout en ciblant les principaux fléaux sociaux affectant le pays, soit le gaspillage des fonds publics, la fraude et la prolifération de la drogue.
Les recoupements d’information effectués par Le Mauricien au sujet de la programmation de la retransmission du message du président de la République confirment des changements décidés par la station de Moka, qui n’étaient nullement au goût de son voisin de Réduit. Initialement, la direction générale de la MBC / Tv avait signifié son intention de rompre avec la tradition du message de sir Anerood Jugnauth en début de soirée de la Noël.
Aux arrangements initiaux, la State House a été informée que l’enregistrement du message de sir Anerood Jugnauth devrait être complété dans les meilleurs délais pour être diffusé à la télévision et à la radio dans la soirée du 24 décembre au lieu du 25. Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, le président de la République s’est plié aux exigences de la bande à Callikan quant au calendrier établi pour le nouveau rendez-vous du 24.
Dans la matinée de samedi, le secrétariat de la présidence de la République communiquait aux salles de rédaction des copies dactylographiées du message de sir Anerood Jugnauth avec la mention expresse « Embargoed 24 December 2011 at 20 hours 30 », confirmant le changement du timing de la retransmission.
Mais en début de soirée du 24, la direction générale de la MBC / Tv devait changer d’avis de nouveau. Pour des raisons de programmation d’émissions consacrées à la veillée de Noël, elle a cru nécessaire de reporter de 24 heures, soit un retour à la case départ du 25 décembre, pour la diffusion des messages. Les services de la présidence de la République ont été informés de ce changement de dernière heure sans aucune autre forme de procès.
Mais ce qui est considéré comme étant assez grave dans certains milieux demeure le fait qu’une copie de la bande sonore du message enregistré du président de la République était disponible en dehors du circuit officiel de la MBC avec pour conséquence que la bande-son du message a été diffusée en primeur non pas par la station de radio et de télévision nationale comme le veut la tradition. L’hôtel du gouvernement serait tenté d’instituer une enquête en vue de faire la lumière autour de cette controverse et de la sécurité des documents visuels et sonores à la MBC et une absence totale d’égards envers le président de la République.
Dans son message, sir Anerood Jugnauth s’inquiète des dernières tendances sur le plan économique et trouve que « zot pou dakor avek mwa, si mo dir qui nou bizin serr ceinture avek sityasyon ekonomik difisil ki pe guett nou ». Ensuite le président de la République s’est attaqué aux problèmes qui minent la société.
D’abord, sir Anerood Jugnauth aborde le problème de gaspillage dans la Fonction publique. « Le gaspillage dans la fonction publique doit cesser. Nous devrons rendre plus sévères les lois en vigueur en vue de sanctionner le gaspillage de fonds dans le Service civil », dit-il. « L’heure est venue pour sanctionner ceux qui font perdre au gouvernement des millions et des millions. Si ou pa konn travay, abé ou bizin ran kompt. Larzan guvernma se ou larzan. Ou pa kapav pay dimunn pou zet larzan par la fenet », poursuit le président de la République.
En ce qui concerne le fléau de la fraude et de la corruption, le chef de l’État souligne que « korupsyon osi pe pran enn lampler grandissan. Nou bizin arret sa monstre-la avan ki arriv tro tar. Sa li enn mal ki pou détruir nou sosyété ». Lançant un appel à la population pour dénoncer avec force la fraude et la corruption, sir Anerood Jugnauth affirme que « koripsyon bizin arreté ».
« Enn lot mal de nou sosyété se la drog ki pe pran enn lampler ekstraordiner », constate le président de la République, qui confirme la percée de la drogue dans les villages. Sir Anerood Jugnauth lance une mise en garde : « Mo pe attir lattensyon bann otorité ek la popilasyon pu ki sakenn pran so responsabilité pou mett enn frein à sa fléo-la », dit-il.
Sir Anerood attire l’attention des conséquences sur l’industrie touristique de la dégradation sur le plan du law and order et de la sécurité. Sur un autre plan, il fait un appel aux aînés pour assurer la transmission des valeurs morales à la jeune génération. « Si, aujourd’hui, nous sommes confrontés à autant de délinquance dans la société, c’est en raison d’un manque de dialogue entre parents et enfants et également d’un manque de surveillance. Quand vous voyez des enfants de 13 à 14 ans tombées enceintes, vous devrez réfléchir à deux fois sur l’éducation que nous les pourvoyons ? Quel avenir pour ces enfants », se demande le président de la République.