Gaëtan Duval, une vie. Tel est le titre d’un film réalisé par Alain Gordon-Gentil et qui sera bientôt présenté au public mauricien. Il a été présenté pour la première fois hier au Star de Bagatelle en présence d’Adrien Duval, petit-fils de sir Gaëtan Duval, en attendant le lancement officiel pour bientôt.
Le film revêt la forme d’un grand “documentaire-enquête” d’une heure et demie sur la vie et la carrière de sir Gaëtan Duval. « Il a été conçu sur le même format que celui que j’ai réalisé sur Jacques Brel et sur le Mahatma Gandhi. Il retrace la vie de sir Gaëtan Duval et la place que celui-ci a occupée dans notre histoire et dans le coeur des Mauriciens », explique Alain Gordon-Gentil. « J’ai voulu faire une présentation sans adjectif de Gaëtan Duval », a poursuivi l’auteur du Droit à l’excès consacré à la vie du tribun. Une manière de dire qu’il n’a voulu, à aucun moment, porter un jugement sur la vie personnelle de sir Gaëtan Duval. Le film, abondamment illustré, évoque l’enfance de ce dernier, ses études primaires et secondaires, ainsi que son mariage, avant de se rendre en Europe pour des études en droits à Londres et à Paris simultanément. Sir Gaëtan Duval a fait son entrée en politique au sein du PMSD de Jules Koenig dans le sillage de sa prise de position concernant l’utilisation de la langue française en Cour de justice. Le film évoque également son ascension en politique et sa lutte menée en faveur de l’association plutôt que l’indépendance, à laquelle a adhéré 44% de la population. Pour ceux n’ayant pas eu l’occasion de voir la cérémonie de levé du drapeau au Champs de Mars le 12 mars, ce sera un moment émouvant du film. Gaëtan Duval, en accord avec sir Seewoosagur Ramgoolam, n’assistera en effet pas à cette cérémonie au Champs de Mars. On le verra par la suite à Rodrigues, où la majorité des électeurs avaient voté contre l’indépendance. Il sera ensuite question de la coalition avec le Parti travailliste ainsi que du succès de la politique d’industrialisation et de l’industrie touristique. Il évoque également les moments difficiles de sa vie, dont son arrestation, qui la marquera jusqu’à sa mort. Le film comprend également des témoignages de journalistes, d’observateurs et d’amis qui l’ont connu.
Le seul reproche que l’on pourrait faire au film est que l’on n’entend pas suffisamment la voix de Gaëtan Duval, en particulier lors du meeting organisé au Champs de Mars avant les élections menant à l’indépendance et lors du passage de Greenwood à Maurice. Si le film parle de son arrestation, aucune mention n’est également faite sur le dénouement de l’affaire.