Déjà auréolée par l’obtention, dans le courant de l’année, d’une distinction internationale pour la qualité des services du spa qu’elle dirige à l’hôtel Sugar Beach, Bina Daby s’est vue décerner, mardi soir, le General Managers’s Award 2013 de l’établissement hôtelier pour sa performance d’ensemble dans le courant de l’année, cela conformément aux valeurs de l’entreprise.
Bina Daby dirige une équipe de 22 personnes à l’Aura Spa de l’hôtel Sugar Beach à Wolmar. Détenant un diplôme d’esthéticienne, elle a rejoint l’établissement du groupe Sun Resorts il y a six ans après avoir été en service au Heritage Resort. « C’est le fruit de la persévérance et du dévouement. Je remercie toute mon équipe pour le soutien qu’elle m’accorde », a déclaré Bina Daby à l’issue de la cérémonie annuelle de remise de trophées aux meilleurs employés et responsables de divisions pour 2013. L’Aura Spa obtenu cette année le Best Luxury Resort Spa des organisateurs de World Luxury Spa Awards, une reconnaissance internationale saluée par Andrew Slome, general manager du Sugar Beach, en présence d’une centaine de membres du personnel de l’hôtel et du nouveau chief executive du groupe Sun Resorts, Philippe Cassis.
Organisée depuis plusieurs années, la « Sugar Beach End of Year Award Ceremony » est l’occasion pour la direction de l’hôtel de récompenser les employés qui se sont distingués par leur performance, leur dévouement et leur engagement. Plusieurs des récipiendaires des Awards 2013 sont distingués dans le passé, cela en faisant preuve d’une assiduité au travail tout en respectant les valeurs de l’entreprise : réjouir la clientèle, réaliser l’objectif de performance, devenir un employé passionné et rechercher la perfection.
Le spa dirigé par Bina Daby a également obtenu le « Gold Departmental Award 2013 », devançant les services « Recreations » et de « Food and Beverages ». La direction du Sugar Beach a également récompensé les employés comptant plusieurs années de service à l’hôtel. Parmi les récipiendaires, on relève les noms de Mala Mootoosamy (35 ans de service), Ganesiam Hemraz, Harris Radhay et Korine Maria Ltandrine (25 ans) et Ajay Mandhhul et Ricardeau Marchiano Cesar (20 ans).
Passant en revue la performance de l’hôtel pendant l’année, Andrew Slome a indiqué que depuis sa rénovation en 2008, le Sugar Beach a connu des conditions d’opérations commerciales difficiles du fait de la crise économique mondiale prolongée mais aussi d’un excès de l’offre (en termes de chambres disponibles) par rapport à la demande (la croissance dans les arrivées touristiques s’est ralentie). Même si l’hôtel n’a pu réaliser les objectifs fixés dans son plan quinquennal, sa rentabilité ne s’est pas détériorée. Pour cette année, on anticipe un taux d’occupation des chambres de l’ordre de 71 % contre 68 % en 2012. Cependant, il n’y a pas eu de croissance au niveau des revenus par chambre. « In spite ot this and with stringent cost control measures, we are forecasting to at least maintain or slightly improve our operating margin for the year », a ajouté Andrew Slome.
Le general manager du Sugar Beach prévoit une amélioration du taux d’occupation en 2014 mais ne s’attend pas à une forte croissance des revenus par chambre. « Avec un taux d’occupation de l’ordre de 75 % pour l’année prochaine, on doit s’assurer que notre équipe composée de quelque 500 employés ait tout le soutien voulu pour répondre aux attentes de la clientèle », a déclaré Andrew Slome qui a laissé entendre que tout sera fait pour retenir le personnel tout en assurant une formation adéquate à ceux qui souhaitent se joindre à l’établissement.
Par ailleurs, Philippe Cassis, CEO de Sun Resorts a déclaré que depuis son arrivée à Maurice, il s’est attelé, entre autres, à mieux cerner les rouages de l’organisation, à situer l’importance de l’industrie touristique dans l’économie mauricienne. Le groupe Sun Resorts continuera à mettre l’accent sur l’excellence dans le niveau des services. « The road ahead is bumpy. There are few mountains to climb », a fait ressortir Philippe Cassis. Le CEO de Sun Resorts s’est dit « confiant qu’il y a de la lumière au bout du tunnel » et pense que les changements que le groupe va introduire l’année prochaine vont le rendre plus compétitif.