Avant que Paul Bérenger tienne sa conférence de presse samedi après-midi, soit après la tenue du bureau politique des mauves pour annoncer que l’alliance MMM/Ptr était « off », le MSM tenait sa conférence de presse hebdomadaire au Sun Trust Building, où son leader, Pravind Jugnauth, a une nouvelle fois critiqué Paul Bérenger pour sa « trahison » et accusé ce dernier et Navin Ramgoolam d’avoir organisé un « complot dans le dos du peuple » pour “hijack” le pouvoir politique et « satisfaire leur intérêt personnel ». Selon lui, les regards sont désormais tournés vers le MSM.
Pravind Jugnauth s’est exprimé lors d’une conférence de presse samedi. Selon le leader du MSM, les militants mauves ne croient plus en leur leader. Quant aux travaillistes, qui croyaient en Navin Ramgoolam, ils ont constaté, toujours selon lui, petit à petit des « décadences ». Ce qui lui fait dire que « le peuple en a assez », estimant que les espoirs sont désormais tournés vers le MSM. Revenant sur la « trahison du siècle » de Paul Bérenger, Pravind Jugnauth est d’avis que ce dernier a « brisé l’espoir » de la majorité des citoyens « pour un véritable changement », de même que celui des militants. « Zot pense zot ena depo fixe. Kouma zot siffle zot troupo pou suiv zot partout. » Selon le leader du MSM, face à ce qu’il qualifie de « détresse », les regards sont braqués vers le MSM, parlant du « soulèvement d’une vague » et estimant que les sympathisants du MSM sont extrêmement « motivés ». Pravind Jughnauth parle par ailleurs de « foule record » au congrès du MSM, organisé la veille au Mohit Hall, à St-Pierre. « Le raliement massif au MSM se confirme au vu du nombre de demandes d’adhésion au parti », affirme encore Pravind Jugnauth.
Le leader du MSM a repris ces mêmes propos samedi en parlant de « trahison du siècle », faisant ainsi allusion aux tractations entre Paul Bérenger et Navin Ramgoolam. Cette fois, Pravind Jugnauth s’est attardé sur le sujet de la réforme électorale qui, selon lui, a servi aux deux protagonistes pour « dévier l’attention publique » alors qu’ils en étaient à « koze-koze ». Ce faisant, le leader des mauves a failli, estime le leader du MSM, « à son rôle constitutionnel de chef de l’opposition » en se faisant, dit-il, « complice d’un complot politique » avec le leader du Ptr.
Affirmant « voir clair » dans le jeu des leaders rouge et mauve, Pravind Jugnauth entrevoit qu’il n’y aura finalement pas de réforme électorale. « Tout cela n’est qu’une mascarade. Il n’y aura aucune avancée pour le vote du projet de loi sur la réforme électorale », a estimé ce dernier. Selon lui, le MMM et le Ptr disposent déjà de la majorité nécessaire pour faire voter ce projet de loi à l’Assemblée nationale.