Photo d'illustration (archives)
  • Des activistes du No 10, circonscription lorgnée par le Labour et le PMSD, s’en prennent au ministre Sunil Bholah, qui ferait cavalier seul

Les réunions d’organisation, qui sont organisées au Sun Trust en cette fin de semaine, ressemblent davantage à un exercice de règlement de comptes entre les élus du Mouvement socialiste militant (MSM) et leurs agents qu’une plateforme de coordination électorale.

En effet, durant ces dernières 48 heures, des groupes de quatre circonscriptions ont défilé au quartier général du MSM à tour de rôle pour un exercice de « tâter le pouls » en vue des prochaines élections générales. Cependant, des sources concordantes indiquent que plusieurs agents du MSM ne se sont pas privés pour faire état au président du parti, Showkutally Soodhun, et celui qui est responsable de l’organisation, Prakash Maunthrooa, de leur insatisfaction des performances des élus du parti sur le terrain.

Un groupe d’activistes du MSM, de la circonscription No 10, Montagne-Blanche/Grande-Rivière-Sud-Est, n’a pas fait de cadeau hier au ministre du Business, Sunil Bholah. « Nou ena enn fristrasion total dan nimero 10 konsernan minis Bholah. Li pe fer reinion tousel. Li pe fer kavalier sel. Nou osi nou pe dir nou pa bizin li parski li pe fer ditor parti », a avancé un des activistes du MSM à sa sortie du Sun Trust.

« Nou, nou bann responsab lekol dan nimero 10. Nou ena enn dezakor total ek minis Bholah. Li pe kre divizion dan lekzekitif nimero 10. Si li gagn tiket prosin eleksyon se definitivman nou pe donn Ramgoolam kart blan alor ki nou nou pe travay pou Pravind Jugnauth revinn Premie minis », a laissé entendre pour sa part Rakesh Seebarun.

Mais dans le camp du ministre Sunil Bholah, on affirme que ce serait un « coup monté » contre le principal concerné. Selon son entourage, ce serait de proches collaborateurs du ministre des Services financiers, Sudhir Sesungkur, celui-ci n’étant pas assuré d’une investiture du MSM, qui auraient recours à de tels règlements de comptes.

Mais durant ces dernières 48 heures, le Sun Trust aurait consigné de nombreuses doléances au sujet des performances de plusieurs de ces élus dans diverses circonscriptions, notamment au No 4, Port-Louis Nord/Montagne-Longue, dans la circonscription No 20, Beau-Bassin/Petite-Rivière, ou encore à Belle-Rose/Quatre-Bornes, le No 18, où, selon les agents, le MSM serait « en difficulté » depuis le départ de Roshi Bhadain du parti.

Pour certains au sein de l’état-major du MSM, on estime que c’est « tout à fait normal » que les exigences de l’électorat deviennent de plus en plus difficiles en fin de mandat. On avance que ces réunions étaient censées être dans le cadre de l’organisation des activités politiques sur le terrain mais voilà que de nombreux activistes auraient choisi la ligne de faire le procès des élus.

Certains agents du MSM ont aussi évoqué le retard qu’accuse le parti pour présenter les nouvelles têtes qui brigueront les suffrages prochainement. « Pe nek dir nou pou ena nouvo lekip, pou ena enn lekip zenn. Be kot zot ete ? Kan pou prezant zot ? Ki dernie ler nek pou vinn inpoz kandida lor nou san mem nou gagn letan konn zot », laisse entendre un des agents du MSM, qui a assisté à la réunion d’hier.

Plusieurs ministres ont défilé au Sun Trust hier, notamment, Pradeep Roopun, Sunil Bholah ou encore Stephan Toussaint. Cet exercice devrait se poursuivre avec d’autres circonscriptions en attente d’être convoquées.

Mais il y a aussi ceux qui s’interrogent sur le besoin de cet exercice alors que le Premier ministre et leader du MSM, Pravind Jugnauth, temporise le calendrier électoral. « Pe fer koumadir kot misie Soodhun dan nimero 15 ou kot misie Maunthrooa dan nimero 7 pena problem. Premie minis devet pe get sa bann sinema-la bien », laisse entendre un autre membre affluent de l’état-major MSM.