Le début de l’hiver s’annonce chaud, probablement trop chaud, au Champ-de-Mars, plus particulièrement au « Temple des Zougadères ». Depuis la fin de la semaine dernière, la tension est en effet montée d’un cran dans les tribunes des commissaires du Mauritius Turf Club (MTC) avec une relance de l’enquête de la police des jeux sur le réseau de paris illégaux dénoncés lors des délibérations officielles des membres de la direction du MTC. Cette affaire, qui refait surface après une longue période d’hibernation, est venue se greffer sur les allégations de Winsy Buttié, l’ancienne partenaire d’affaires de Clensy Appavoo, au sujet des prête-noms au Champ de Mars. Pour corser l’addition, le monde hippique est secoué par les dessous de la victoire de Pierneff lors de la journée du 4 mai, avec des paris enregistrés au nom d’un seul « zougadère » de Rs 800 000 pour un gain total de Rs 27 millions environ. La controverse est encore alimentée par une autre affaire, soit la victoire de The Colonel Son’s, avec une cote passant de 40 contre un à… 16 contre un. Autant d’éléments litigieux qui s’ajoutent à la Buttié/Appavoo Saga, le Central CID s’apprêtant à se rendre au MTC pour dresser officiellement la liste de chevaux appartenant à Winsy Buttiée, la “Lady” du MTC.
L’affaire des paris illégaux, qui avait éclaté en août de l’année dernière – et dont l’organisation était attribuée à Winsy Buttié –, a resurgi de manière formelle à la fin de la semaine dernière. Jusqu’ici, tout semblait indiquer que ce dossier, comprenant non seulement des éléments de paris illégaux, mais également une grosse composante de “Credit Betting” impliquant des “Top Guns” des courses hippiques, avait été classé. Or, la visite des enquêteurs de la police auprès d’un des managers du MTC, vendredi dernier, constitue la confirmation que cette affaire risque d’éclabousser le gratin du Champ-de-Mars.
Les recoupements d’informations effectués auprès des sources concordantes indiquent que les intentions de la police sont claires. La police des jeux veut avoir accès au procès-verbal de la réunion des commissaires à la fin du mois d’août et au début de septembre de l’année dernière, où des preuves de ce réseau de paris illégaux, dirigé par Winsy Buttié,  avaient été abordées.
La police a également signifié son intention de consigner la version de faits de deux commissaires, Jean-Michel Giraud et Jean-Marc Ulcoq, à titre de témoins. Les interventions de ces deux membres du conseil d’administration du MTC sont susceptibles d’apporter de l’eau au moulin de ceux qui avaient étalé des pratiques illégales. Ces deux témoins pourraient être entendus par la police dans les prochains jours, dépendant de leur disponibilité.
Néanmoins, cette étape pourrait générer des conséquences pour les dirigeants du MTC, vénérable bicentenaire, dont le président Gilbert Merven. Lors des délibérations des commissaires, ce dernier avait systématiquement soutenu être au courant de ces paris illégaux.
À partir de la déposition de Jean-Michel Giraud au sujet de la provenance des documents portant sur des paris aux courses organisés par Winsy Buttié, la police pourrait remonter à un ressortissant italien, un dénommé Parisi, connecté directement à ces paris. Son témoignage pourrait mettre le président du MTC en difficulté, car l’Italien Parisi maintient avoir rencontré Gilbert Merven à trois reprises avant la réunion des commissaires de fin août/début septembre.
En effet, le dénommé Parisi avait rencontré le président du MTC successivement les 16, 20 et 26 août de l’année dernière pour l’entretenir de scandales de paris illégaux, lui remettre des documents et réclamer des mesures. Les explications de Gilbert Merven sur ces faits, à première vue contradictoires, devront valider les thèses de ceux qui soutiennent, envers et contre tout, que Winsy Buttié bénéficie d’une protection à toute épreuve au Champ-de-Mars.
Toutefois, les malheurs du MTC ne s’arrêtent pas là. Un autre gros scandale remontant à la précédente journée de courses, soit celle du dimanche 4 mai, avec la victoire de Pierneff, cheval côté à 39 contre 1. Les turfistes savent que ce ne sont pas toujours les favoris qui gagnent. Mais les dessous de la victoire de Pierneff, coursier de l’écurie Hurlywood, interpellent plus d’un spécialiste des paris aux courses.
Certes, les fluctuations de la cote des chevaux sont monnaie courante sur le tableau des bookmakers. Par contre, les mises sur Pierneff chez SMS Pariaz Ltd par un seul client de cette dernière société auraient soulevé des soupçons. Ce même parieur, utilisant deux numéros de téléphone distinct, avait en effet placé “overnight” durant le week-end des 3 et 4 mai des mises de Rs 700 000 sur ce cheval.
Vers 23 heures, le samedi 3 mai, les responsables de SMS Pariaz Ltd devaient constater le fait anormal sur les mises de ce parieur sur Pierneff. Agissant sur les bases des Rules and Regulations, ces paris au nom d’un seul joueur sur un seul cheval ont été annulés. Dans une déposition consignée au poste de police de Quatre-Bornes vers 8h30 le dimanche 4 mai, Mahen Dindyal, directeur de SMS Pariaz Ltd, devait confirmer ce fait anormal sur les paris et les annulations. Ce directeur de SMS Pariaz Ltd a soutenu à la police que « all his bet has been cancelled since as per company Rules and Regulations the combinations of betting placed and if won will be beyond the betting capacity if the company ». Dans la nuit du 3 au 4 mai, la principale difficulté de SMS Pariaz Ltd était qu’elle n’arrivait pas à entrer en contact avec le joueur pour l’informer de la décision d’annulation.
Outre le fait que la police avait été contactée par mesure de précaution, des indications sont que la Gambling Regulatory Authority (GRA) a été informée de ce phénomène s’apparentant à une “Race Rigging” aux termes des règlements régissant les relations entre le régulateur et les organisateurs de paris aux courses. Devant le refus de SMS Pariaz Ltd d’accepter ses mises, ce parieur a placé des “Bets” auprès des bookmakers avant la course dimanche. L’effet était visible, car la cote de Pierneff est passée de 39/1 à 7/1 en un clin d’oeil.
Ce qui intrigue plus d’un turfiste, c’est que, malgré tous ces “pointers” confirmant des tractations anormales sur Pierneff, aucune des autorités compétentes n’avaient cru nécessaire de procéder à des vérifications. La victoire de cette unité sous les couleurs de l’écurie Hurlywood a dès lors été accueillie comme une des glorieuses incertitudes du turf mauricien jusqu’à confirmation de l’annulation des paris de SMS Pariaz Ltd.
Ce matin, Le Mauricien a vainement essayé d’obtenir confirmation auprès de la GRA au sujet d’une éventuelle enquête sur l’affaire Pierneff suite aux informations communiquées par la direction de SMS Pariaz Ltd. À la GRA, on se refuse de faire des commentaires officiels en l’absence du président Hiren Jankee et du vice-président Norbert Froget. Du côté de la police, on affirme simplement que SMS Pariaz Ltd ne s’est contenté seulement que d’une “Precautionary Measure”.
Dans le sillage du cas Pierneff, la victoire de The Colonel Sons’s, cheval appartenant à l’écurie Perdrau, avec une séquence d’évolution de la cote similaire de 40/1 à 16/1, suscite également des interrogations. Dans ce cas particulier, les mises sur SMS Pariaz Ltd n’auraient pas été annulées avec, pour conséquence, une purge au plus haut niveau de la société de paris. La compagne du jockey, qui occupe des fonctions majeures au sein de la compagnie, a été pressée de se mettre en retrait de l’organisation, le temps que des soupçons de paris à travers des comptes des membres de sa famille sur The Colonel Son’s soient éclaircis.
Entre-temps, l’enquête sur la Buttié/Appavoo Saga se poursuit, avec l’inculpation provisoire de la mère de Winsy Buttié dans l’affaire de détournement de Rs 105,4 millions. Denise Henry, qui a été interrogée “Under Caution” depuis vendredi, devrait retrouver la liberté provisoire après sa comparution en Cour de Port-Louis en début d’après-midi. L’accusation porterait sur une somme de Rs 1,6 million.
La prochaine étape de l’enquête du Central CID dans le détournement au préjudice de Clensy Appavoo de HLB Appavoo & Associates se tournera irrémédiablement vers le Champ-de-Mars. Le prochain suspect convoqué pourrait être un bookmaker très connu, partenaire de Winsy Buttié dans les paris aux courses.
Par ailleurs, une escouade d’enquêteurs s’apprête à procéder à l’audition des responsables du MTC en vue d’établir la liste des chevaux importés au nom de Winsy Buttié pour les besoins des provisions de l’Asset Recovery Act, comme pour confirmer que les commissaires du MTC continueront à être sur le qui-vive dans la conjoncture…