Dans un message commun aux catholiques des îles rendu public, vendredi, les évêques de la Conférence Épiscopale de l’océan Indien (CEDOI) soulignent, au terme de leur rencontre annuelle qui s’est tenue à Maurice dans le courant de la semaine dernière, l’importance d’un « authentique dialogue inter-religieux compte tenu des tensions qui existent entre les religions dans le monde ». Parmi les décisions prises lors de cette rencontre figure la préparation des directives pour le traitement des abus sexuels commis par des clercs d’église. Ces directives ont été envoyées à Rome pour approbation.
C’est l’évêque de Port-Louis, Mgr Maurice Piat, qui a été élu nouveau président de la CEDOI, en remplacement de l’évêque de Port-Victoria (Seychelles), Mgr Denis Wiehé. Mgr Piat prend ses fonctions à partir d’aujourd’hui, 9 septembre, date de la Fête du Père Laval, Patron de la CEDOI. Dans leur message aux catholiques, et même si les diocèses de Madagascar ne relèvent pas de leur compétence, les évêques de la CEDOI – qui regroupe les diocèses catholiques des Seychelles, de La Réunion, de Maurice ainsi que les vicariats apostoliques des Comores et de Rodrigues – indiquent que, lors de leur rencontre annuelle, Mgr Benjamin Ramaroson de la Conférence des Évêques de Madagascar a eu l’occasion de leur partager « la détresse du peuple malgache devant le blocage politique actuel ».
Le monde de la jeunesse, notamment, dans la perspective de l’explosion de la nouvelle culture numérique, constitue selon l’évêque de Port-Louis, Mgr Piat, l’un des nouveaux champs de mission où manquent le plus d’ouvriers pour la moisson. En ce qui concerne le dialogue inter-religieux, l’évêque de La Réunion, Mgr Gilbert Aubry, insiste sur le fait qu’il doit s’agir d’abord d’un « dialogue entre personnes ». « Il convient, surtout, explique-t-il, que s’efface la peur de l’autre et que ce dialogue se fasse dans l’écoute mutuelle. »
Mgr Charles Mahuza Yava, vicaire apostolique de Moroni (Comores), cite l’exemple comorien, où les chrétiens constituent de par leur nombre « une goutte d’eau dans l’océan », mais où l’église est engagée dans un « dialogue d’amitié » avec l’autorité islamique sur place et la population à près de 100% musulmane, en soulignant le fait que chrétiens et musulmans ont Abraham comme ancêtre commun dans la foi. Mgr Wiehé, évêque de Port-Victoria, indique de son côté que va se tenir, du 11 au 13 novembre prochains aux Seychelles, une rencontre régionale des Conseils de Religions des îles de la région sous l’égide de l’organisation Religions for Peace.
En ce qui concerne enfin la question grave des cas d’abus sexuels commis par des clercs d’église avec, à ce jour, trois cas mis à jour à l’île de La Réunion, le père Jean-Maurice Labour, vicaire-général du diocèse de Port-Louis, explique que le pape Benoît XVI a donné des directives à l’ensemble des Conférences épiscopales du monde pour que des dispositions spéciales soient prises en vue de mettre en place tout un protocole. Les lignes directrices de ce protocole, indique le père Labour, doivent obligatoirement s’articuler autour des questions de transparence, d’accompagnement des victimes et de collaboration avec la justice dans le strict respect des lois nationales.