Dans le cadre du Festival Kreol, placé autour de la “Kreolite-Linite”, le théâtre Serge Constantin a vibré lundi au rythme de la voix envoûtante de Linzy Bacbotte, accompagnée d’un groupe de musiciens et de chanteurs. Mais la prestation qui a le plus marqué est celle de la danse “Di Sel”, des frères Joseph, grâce à laquelle ces derniers ont décroché la médaille d’or des Jeux de la Francophonie le 27 juillet dernier en Côte d’Ivoire. Titre d’ailleurs amplement mérité, les frères Joseph ayant su transporter ceux présents au théâtre Serge Constantin.

Réveiller la mémoire d’un patrimoine, celui du sel, et le mettre sous la forme d’une danse contemporaine. Tel était le défi qu’ils s’étaient fixé, et qu’ils ont brillamment réussi. Leur inspiration prend sa source aux Salines, lieu de haute importance. Pour valoriser ce patrimoine devant 52 pays sélectionnés dans la catégorie “danse de création”, les frères Joseph ont fait reposer leur spectacle sur des mouvements uniques.

Courant dans tous les sens sur la scène avec leur panier en osier, parfois en mains, parfois sur la tête. S’attelant au ramassage du sel qui, de loin, ressemble à de petits cristaux. Leurs créations reposent sur plusieurs rythmes de tempos saccadés. De la voltige à couper le souffle, des corps qui se croisent, qui s’élèvent, qui chutent. Ces numéros acrobatiques et leurs mouvements, tout en souplesse, sont le fruit d’un travail de dur labeur aux Salines.

La force du spectacle « Di Sel » repose également sur les différentes palettes musicales, passant ainsi du séga aux rythmes indiens, donnant ainsi plus de profondeur encore au spectacle. Outre Samuel et Mathieu Joseph, la troupe comprend également Jérôme Mandarine et Curtis Ittoo, accompagnés de Kurty Geneviève et des musiciens Samuel Dubois, Kurwin Castel, Emanuel Descroches et Jeff Armand.