En 2015, Kev Adams avait déjà provoqué des fous rires incontrôlables avec son spectacle “Voilà  Voilà”. L’humoriste remet ça. Ce Samedi, au Trianon Convention Centre, il promet de « met lafaya » avec des sketches « pour décompresser, sans arrière-pensées ». Et si quelques-uns seront égratignés, dit-il, « ce sera en toute honnêteté ». Tout au long de cette rencontre avec la presse hier à l’hôtel Salt of Palmar, il s’est prêté de bonne grâce au jeu des questions, entouré de Raviraj Sinha Beechook, le producteur du spectacle à Maurice, et de Dhinesh Rai Kallee, de Sahara Village.

Vêtu d’une tenue décontractée, l’humoriste a souligné qu’à Maurice, il retrouve « un allant, une fraîcheur », qui constituent, dit-il, « son vrai tempérament ». Lors de son “one-man-show”, intitulé “Sois 10 ans”, il proposera un humour fédérateur, sans « démonstration », mais avec une remarquable observation intimiste inspirée de faits réels, d’expériences vécues, avec l’objectif de s’adresser à des gens « de tous les âges et de toutes les couleurs », rythmée par des moments d’émotions, de rires, de pleurs et… des surprises, promet-il. « Lorsque j’avais 17 ans, mon public était des adolescents, et avec “Voilà Voilà”, gros succès aux Etats-Unis et au Canada, j’ai franchi une étape importante dans ma carrière. Maintenant, à 28 ans, avec “Sois 10 Ans”, une célébration de la vie, j’évoquerai des expériences personnelles. Il faut toujours rester vrai et toucher les gens sans les faire réfléchir », dit-il

Celui qui cartonne auprès des jeunes parle de son association avec Gad Elmaleh et ses expériences au cinéma, notamment avec le succès de Alad’2. Il sera bientôt à l’affiche dans un film bollywoodien, une comédie romantique dont il n’a pas révélé le titre. Mais la télévision lui manque aussi.

À travers son spectacle, qui sera truffé d’allusions à l’actualité mauricienne, Kev Adams se dit très fier de retrouver ses fans mauriciens. L’artiste considère d’ailleurs Maurice comme son « porte-bonheur » car le spectacle “Voilà Voilà”, qu’il avait présenté chez nous, lui a permis de remporter un beau succès aux Etats-Unis, au Canada et en France.

Kev Adams, aujourd’hui en pleine ascension, et qui ne cache pas avoir acquis une certaine maturité, estime qu’il faut toujours se renouveler. « Il faut toujours rester vrai et toucher les gens sans les faire réfléchir. Je n’aime pas recycler les vannes de mes précédents spectacles. Mon humour s’appuie essentiellement sur les observations », reprend-il. L’humoriste français, qui enchaîne les vannes, justement, avec une certaine efficacité, affectionne le “one-man-show” mais concède qu’il ne trouve pas de grosses différences entre cette démarche artistique et celle du “stand-up”.

Tout en remerciant Gad Elmaleh et Anne Roumanoff pour « avoir cru en lui ». Quant à son spectacle à Maurice, il dit qu’il sera « à la hauteur des espérances », façonnant son show « pour plaire aux Mauriciens », notamment à travers des allusions aux réalités locales. D’ailleurs, il ne cache pas son impatience, disant avoir « hâte de retrouver » ses fans mauriciens et de découvrir le Trianon Convention Centre, qui lui donne l’impression, dit-il, « qu’il y aura une réunion des Nations Unies ». À noter qu’Ilyes Djadel et Majid Berhila assureront la première partie du spectacle. Les billets sont disponibles chez Otayo et seront en vente samedi au Trianon Convention Centre.

ENTRETIEN | Kev Adams :

« Il faut toujours se renouveler, se réinventer et rester vrai »

Vous sortez d’une grosse tournée dans toute la France avec votre spectacle « Sois 10 Ans ». Comment Maurice s’est-elle retrouvée dans votre calendrier ?

Heureusement, dirais-je ! Cela procure énormément de plaisir pour un artiste de venir jouer sur scène à l’île Maurice. La tournée en France a été auréolée de succès. J’ai joué dans quasiment toutes les villes. C’est maintenant les vacances estivales en Métropole et les Français partent en vacances. C’est le moment pour moi d’aller rencontrer mes fans hors de France. Je garde de très bons souvenirs de mon passage en 2015 chez vous. Lorsque le producteur local (Inbox Communication, Ndlr) nous a approchés pour une date à Maurice, il m’était impossible de dire non, tant vous êtes un public merveilleux.

Que peut-on attendre de votre spectacle, dont le titre constitue un jeu de mots, “Sois 10 Ans” ?

Vous êtes malin de l’avoir repéré. Effectivement, c’est un spectacle anniversaire qui marque mes 10 années de scène. Ce spectacle est inspiré de mes dix années de carrière, au cours desquelles j’ai grandi et j’ai évolué. Il s’est passé plein de choses. Mon humour s’est libéré et vous verrez à quel point je me lâche dans ce spectacle. Je parle de tout, de mes hauts, de mes bas, de mes fans, mais aussi de mes détracteurs…

Comment décrivez-vous votre registre ? Est-ce du “stand-up” ou un “one-man-show” ?

Un “one-man-show” je dirai. Lorsque vous faites du “stand-up”, vous êtes plus debout sur scène et vous tenez un micro en main. C’est un peu la tendance du moment. Dans un “one-man-show”, vous vous appropriez tout l’espace sur scène. Déjà, on n’a pas de micro. Je bouge d’un coin à l’autre. Je marche, je cours, je chante, je danse, et je fais danser mon public. Le “one-man-show” est un registre plus varié et le public passe par toutes les émotions.

Qu’avez-vous préparé pour le public mauricien ?

Nou pou met la Faya !”. Vous voyez, je me suis déjà mis au kreol morisien pour plaire à mon public. En 2015, j’avais découvert que vous parliez beaucoup en chiffres (17, 35, 40, 6…). J’en avais parlé dans mon spectacle “Voilà Voilà” et le public l’avait énormément apprécié. Évidemment, je leur prépare une petite surprise, et c’est pour cela je leur ai dit : « Pa fer fit dan badia ! » Soyez nombreux le samedi 6 juillet au Trianon Convention Center.

Votre philosophie de la vie ?

Il faut toujours se renouveler, se réinventer et rester toujours vrai. J’ai les pieds sur terre et la bande de copains qui m’ont soutenu au fil des années m’a permis de voir la vie sous un autre angle. Je souhaite créer quelque chose d’immortel. En dix ans de carrière, j’ai une autre vision des choses et j’ai envie de grandir et d’évoluer sur scène, à la télé et au cinéma.

200 billets additionnels mis en vente

Les billets “latéral” étant épuisés, Inbox Communication, producteur de l’événement, met en vente 200 places additionnelles à Rs 850. « Nous avions quelque 400 places “latéral” qui se sont écoulées en deux semaines », explique Raviraj Sinha Beechook d’Inbox Communication. « C’est pour répondre à la demande d’une partie de nos clients que nous avons ajouté 200 places afin de permettre à toutes les bourses d’assister au spectacle de Kev Adams. » Les billets sont en vente chez Marideal.mu et sur le Rezo Otayo.

Plus d’infos sur le 466-9999.