Le climat des affaires à Maurice s’est nettement détérioré au cours du troisième trimestre 2012. C’est ce qu’indique le « MCCI Business Confidence Indicator », un indicateur synthétique qui tient en compte plusieurs variables socio-économiques et qui transcrit l’état d’esprit des chefs d’entreprise à un moment donné. L’indicateur de confiance des entreprises a perdu 11,3 points pour se retrouver à 88,1 points en septembre 2012, soit le niveau le plus bas jamais atteint depuis son lancement en mars 2010. Toutes les variables utilisées pour la préparation de l’indice sont défavorables, suscitant une profonde inquiétude chez la MCCI quant aux retombées négatives sur l’emploi, la profitabilité des entreprises, l’investissement et la croissance économique en 2013.
Présentés ce matin lors d’une conférence de presse par Mahmood Cheeroo et Renganaden Padayachy, respectivement secrétaire général et manager de la Economic Analysis and Industry Division de la MCCI, les résultats de la 10e enquête trimestrielle de conjoncture menée auprès des opérateurs économiques ont démontré que le climat des affaires s’est beaucoup dégradé entre juillet et septembre 2012, l’indice s’établissant sous la moyenne des 100 points de base, soit à 88,1 points. Ce recul de 11,3 points intervient après un deuxième trimestre 2012 très légèrement favorable. Pour la première fois, observe la MCCI, toutes les variables utilisées pour l’estimation de l’indicateur sont défavorables. Ces variables sont : la perception des entrepreneurs sur la situation de leurs entreprises, le niveau des commandes fermes, les anticipations des chefs d’entreprises sur l’évolution des affaires au cours des trois prochains mois, les perspectives d’embauche et le niveau des stocks de produits finis.
Ce résultat d’ensemble négatif était attendu, ont fait ressortir Mahmood Cheeroo et le Dr Padayachy, mais « son ampleur doit nous interpeller » car à la MCCI on est d’avis qu’on a « peut-être atteint un point de rupture qui pourrait avoir des conséquences sérieuses pour 2013 ». Se basant sur les opinions des opérateurs économiques, la MCCI estime qu’une prise de conscience de la nécessité de revoir certains éléments de la stratégie économique du pays s’impose et il y a lieu d’agir très vite.
L’enquête a démontré que les soldes des opinions sur les différentes variables utilisées sont négatifs et qu’aucun secteur, que ce soit le commerce, l’industrie manufacturière ou les services (tourisme et global business entre autres), n’est épargné.
Analysant les données recueillies, la MCCI note que le solde des opinions concernant l’évolution des affaires ou le niveau des commandes fermes a baissé de 19,1 %. Plus de 38 % des entreprises sondées ont annoncé une dégradation de leurs situations économiques et financières et une baisse des commandes fermes au cours de la période juillet-septembre 2012. Même sur l’évolution des affaires au cours des trois prochains mois (soit la période des fêtes de fin d’année), les anticipations des entrepreneurs sont très négatives. Un tiers des sondés prévoit une détérioration des affaires d’ici la fin de l’année.