Le Joint Negotiating Panel, regroupant les syndicats de l’industrie sucrière, est très remonté contre les propositions de l’industrie sucrière portant préjudice aux droits acquis des employés. Après avoir pris connaissance des intentions de la Chambre d’Agriculture et du Syndicats des Sucres, les syndicalistes de l’industrie sucrière lancent un appel à la mobilisation en vue d’une action de débrayage dans ce secteur économique comme ce fut le cas en novembre 2014, soit à la fin de la campagne pour les dernières élections législatives. L’un des points de discorde est la politique en ce qui concerne l’embauche des travailleurs saisonniers. Ashok Subron, négociateur du Joint Negotiating Panel, dénonce la situation illégale dans laquelle se trouvent les compagnies sucrières.
« Mo truv li revoltan ek degutan ki enn ti-klik pro-oligarsi sikriyer inn kumans zot bann manev pou fer travayer lindistri sikriyer sarye fardo bes tanporer pri disik, ek re-striktirasyon zot laparey akimilasyon larises », déclare le négociateur syndical en guise de premiers commentaires sur les propositions du  patronat sucrier pour gérer la baisse du prix du sucre à l’exportation. Il ne digère pas le fait que « l’industrie sucrière, qui a accumulé des milliards avec les fonds de l’Union européenne, qui contrôle 60% de la fourniture d’électricité du pays, qui bénéficie de concessions fiscales en tous genres de la Land Transfer Tax à d’autres exemptions au nom des Smart Cities, sans oublier le monopole sur l’éthanol, vient aujourd’hui réclamer au gouvernement l’abolition de la compensation salariale des employés de l’industrie sucrière. C’est une indécence incroyable ».
Ashock Subron poursuit en dénonçant la demande déguisée de l’industrie sucrière pour des licenciements massifs dans ce secteur. « E zot laswaf pa aret la zot aster pe reklam sanzman lalwa  ki antrenn lisansiman massif travayer lindistri sikriyer ek permet abi san limit travayer kontraktyel /Sezonye dan Lindistri Sikriyer! Proprieter tablisman inn rest bloke ek zot regar in tase dan retrovizer lepok kolonyal ! », dit-il.
Le syndicaliste dénonce la complaisance du gouvernement à l’égard de l’industrie sucrière sur cette question de travailleurs saisonniers. « Les compagnies sucrières nagent dans la complète illégalité au sujet de l’embauche des travailleurs saisonniers », devait-il s’appesantir. Les amendements à la Sugar Industry Efficiency Act prévoient qu’au plus tard à la fin de mars, la Mauritius Cane Industry Authority doit déterminer, selon une formule bien établie, le pourcentage de travailleurs saisonniers pour chaque société sucrière. « Alor ki lakup 2017 inn fini kumanse, MCAI, ki pe azir kuma azan/kurtyer proprieter tablisman finn refiz etablir % kouma lalwa dir. Savedir TOU konpanye Sikriyer dan Ilegalite,  pe fer lapli bontan,  fer enn abi masiv de travayer sezonye dan lindistri sikriyer depi lakup 2017 in kumanse », s’insurge-t-il. « Les chiffres soumis par les plus importantes entités pour 2016 sont des plus effarants. A titre d’exemple, le pourcentage de contractuels et de travailleurs saisonniers est de 227% pour Terragri Ltd, 176% pour Terra Milling, 117% pour Alteo Milling et Médine 152%) », ajoute-t-il.
Dans un autre ordre d’idées, le négociateur du JNP met en avant un « asservissement » des institutions, comme la Mauritius Cane Industry Authority, le Sugar Insurace Fund Board, le Syndicat des Sucres, institués en contrepoids au pouvoir de l’industrie sucrière. « Sa bann institisyin inn nwayote pou re-devinn bann linstriman o-servis enn ti ponye milyarder tablisman. Dernye amandman SIEA demontre sa klerman », allègue-t-il.
Avant de lancer un appel à la mobilisation des employés de ce secteur économique, pour défendre leurs droits acquis, le JNP avertit le gouvernement. « Mo dimann Pravind Jugnauth ek Mahen Seerattun pa grat ledo maler. Sinon parey kouma travayer ti lev ar Ramgolam ek Berenger ki ti konplis ar tablisman pandan lagrev  2014, nou pa pou ezite enn minit pou  lev zot Parvind Jugnauth ek so bann akolit. Parey kouma Lagrev 2014 nou pa pou les zot fer. Travayer lindistri sikriyer se pa kann a broye sa, se bann ‘etre humain’ kouraze, konsyan de zot drwa. »
« Rapel ki tou gourvernman ki mars ek tablisman ek vir kont travayer lindistri sikriyer perdi bann eleksyon!! Ti Jugnauth pe mank zis sa la ! », devait-il conclure.