Elle est l’une des blessés de l’accident mortel qui a eu lieu à Plaine Magnien, le jeudi 15 novembre, impliquant un van transportant des employés d’un hôtel du Sud. La jeune femme souffre d’une fracture aux côtes, d’une blessure à la tête et des coupures à son avant-bras.

Depuis, cette barwaitress de 21 ans subit le traumatisme du drame qui a couté la vie à Giani Chaumière. Péniblement, elle retrace sur son lit de convalescence la soirée du 15 novembre.

Aux alentours de 1h15, la jeune femme et deux autres employés de l’hôtel montent à bord d’un van pour regagner leurs domiciles, comme à leur habitude. Or, cette nuit, cette habitante du Sud remarque que le conducteur, avec qui elle voyage pour la première fois, roule à une vitesse « exagérée ».

Assise à l’extrême gauche de la banquette à l’arrière du siège du chauffeur, la barmaid jette un oeil au compteur de vitesse du van. Il indique, dit-elle, « plus de 140km/h ».

Choquée, elle s’apprête à dire au chauffeur « pa bizin roul vit koumsa, nou kapav perdi lavi » quand un de ses collègues l’interrompt pour lui parler.

Deux secondes plus tard, c’est le drame.

La jeune femme raconte qu’elle « tourn dan ler ». Et d’ajouter : « Vit pe eklate partou. Mo sorti devan mo prozete par derier ».

Après trois tonneaux, la fourgonnette s’écrase sur le bas côté de la route. Autour d’elle, la jeune femme voit du sang partout. Elle entend le cri d’un de ses collègues : « Ayo mama, ayo mama ».

Tous se rendent vite compte que Giani Chaumière ne donne plus de signe de vie.

Mort sur le coup, cet habitant de Ville-Noire, Mahébourg, âgé de 51 ans, laisse derrière lui deux enfants.

Quand à la jeune femme, elle est toujours admise en clinique où elle se remet difficilement.