BDO Mauritius (anciennement DCDM), cabinet d’experts-comptables mauricien, se présente, à travers une nouvelle structure régionale qui vient d’être mise en place, comme la passerelle incontournable que les entreprises mauriciennes doivent utiliser pour des investissements et l’expansion de leurs activités en Afrique. Déjà en opération dans un certain nombre de pays africains à travers des filiales, BDO Mauritius envisage, d’ici la fin de cette année, une implantation physique dans au moins deux autres pays : la République démocratique du Congo et le Rwanda.
À une conférence de presse hier au siège du cabinet d’audit et de conseils à Port-Louis, les dirigeants de BDO Mauritius ont élaboré sur la nouvelle structure créée et la constitution d’une nouvelle équipe dirigeante qui pilotera l’ensemble de l’entreprise à partir du bureau local. Se reposant sur une structure organisationnelle souple et efficace, BDO Mauritius pense pouvoir répondre aux exigences de toute sa clientèle, que ce soit l’investisseur mauricien voulant faire des affaires au Kenya, ou l’homme d’affaires tanzanien cherchant un partenaire mauricien pour développer une opération en Ouganda. « Grâce à cette nouvelle structure, BDO Mauritius devient ainsi la porte d’entrée incontournable pour toute société mauricienne désireuse d’investir en Afrique », fait ressortir la direction de BDO Mauritius.
Le « leadership team » qui dirigera BDO Mauritius, Kenya, Tanzanie, Ouganda, Seychelles et Madagascar comme une seule entreprise est composé de Jacques Pougnet, président et également Practice Director responsable de la bonne gouvernance, Yacoob Ramtoola, Group Managing Partner, Afsar Ebrahim, Group Managing Partner adjoint et aussi en charge des dossiers de financement des entreprises, de relations-clientèle et de développement des opérations, Georges Chung, directeur financier et responsable du « Due Diligence », entre autres, Marie Louise Teng, secrétaire de compagnie et s’occupant aussi de la formation et de respect des normes financières internationales et de Sandeep Khapre, CEO de BDO East Africa avec aussi pour mission d’assurer le développement des activités en Afrique de l’Est.
Toutes les filiales de BDO Mauritius proposeront les mêmes services. « Nous voulons, à travers la nouvelle structure, que les problèmes rencontrés par un client dans un pays donné ou les besoins d’un autre client dans un pays d’Afrique deviennent la préoccupation de tout le personnel de BDO Mauritius. Nous veillerons à l’échange de personnel entre les divers bureaux pour mieux accompagner les clients et nous nous assurerons que tous parlent le même langage », a déclaré Yacoob Ramtoola.
BDO Mauritius est convaincu que les opportunités d’affaires en Afrique se multiplient mais prévient que le continent est vaste et que chaque pays qui le compose a ses particularités avec des perspectives de croissance différentes. D’où la nécessité, estime Afsar Ibrahim, que les hommes d’affaires soient soutenus lors de leurs missions de prospection et de recherche de partenariat ou de financement par des professionnels qui connaissent le terrain.
« Notre nouvelle structure interne facilitera l’entrée des sociétés mauriciennes en Afrique et les soutiendra durablement. Au Kenya, en Tanzanie, en Ouganda, à Madagascar et aux Seychelles, nous disposons désormais de collaborateurs mauriciens sur place, et ceci couplé à notre connaissance approfondie du marché africain fait de BDO le partenaire incontournable dans ces placements », ajoute Yacoob Ramtoola. Outre ses bureaux susmentionnés, BDO opère sur le Rwanda, le Burundi et le Congo, les Comores et La Réunion.
Afsar Ibrahim a fait état des perspectives de développement dans plusieurs pays africains, en particulier le Kenya, la Tanzanie, l’Ouganda, le Mozambique, les Seychelles, le Nigeria, la République démocratique du Congo, le Sud Soudan, le Rwanda. Quatre grands secteurs des plus porteurs en Afrique ont été identifiés : l’agriculture, les services financiers, l’énergie et le transport. Maurice peut très bien se positionner dans ces secteurs en faisant des investissements en partenariat avec des hommes d’affaires sur place. BDO Mauritius peut aider les entrepreneurs mauriciens à trouver des partenaires sur place dans ces pays et même ailleurs en Afrique grâce au réseau de BDO international.
BDO compte au total environ 500 personnes dont 400 professionnels. Le cabinet fait partie de l’organisation De Chazal Du Mée (DCDM) qui a débuté une première pratique professionnelle d’audit à Maurice en 1952. BDO a développé son expertise des marchés africains en plusieurs décennies et considère que cette connaissance du terrain le place comme une passerelle pour les entreprises locales voire étrangères qui souhaitent prendre avantage des opportunités en Afrique.