Le ministère de la Santé a dépensé Rs 54,2 millions pour pallier les ruptures de stocks répétées dans les hôpitaux publics. D’où l’augmentation de 150 % en 2010 par rapport à l’année précédente dans les achats de médicaments sur le marché local.
L’hôpital Victoria de Candos détient le record de plus gros acheteur de produits pharmaceutiques pour une somme de Rs 23 millions, soit 43 % de tous les achats en 2010. À l’inverse, le bureau de l’Audit constate que l’État perd des millions de roupies cette année encore parce que les dates d’expiration des stocks sont arrivées à leur terme à la suite d’achats en trop grosses quantités et du fait que certains produits ont une période d’expiration courte et une gestion de stocks inefficace.
Ainsi 296 ampoules de Anti D d’une valeur de Rs 248 640 livrées en février 2009 ont expiré en novembre 2010. Il s’agit de produits dérivés du sang pour prévenir la sensibilisation des mères à l’antigène Rhésus D du foetus. Cela est dû à des achats excessifs de ce médicament. Par ailleurs, 7 160 litres de Diateryn, un désinfectant pour les équipements de dialyse, reçus avec une durée d’usage très courte ont expiré en avril 2009 et janvier 2010. La valeur du stock était de Rs 1,1 million.
Une cargaison de 555 litres valant Rs 96 970 a expiré en février 2011. Les auditeurs constatent en outre que le ministère de la Santé n’a pas réclamé de dédommagements ni annulé des commandes lors de retards de livraison. Le ministère n’a pas demandé non plus de compensation financière de la compagnie retardataire lors de rupture de stocks ayant nécessité l’achat à grands frais de médicaments sur le marché local.
Le recours à une autre compagnie pour la livraison du sirop Chlorpheniramine contre la toux a entraîné des surplus de stocks de ce produit. Les livraisons du nouveau fournisseur avaient coïncidé avec celles du fournisseur retardataire entre août et novembre 2010. Au 9 juin 2011, il y avait 979 140 flacons de ce sirop en stock. En tenant compte d’une consommation annuelle de 18 000 flacons, le stock a une durée de 54 mois… En conséquence 400 000 flacons d’une valeur de Rs 3 millions ont expiré avant même d’avoir été utilisés.
Reçus en 2009 et prescrits pour traiter certains cancers, 5 630 comprimés de Cyclophosphamide ont expiré en octobre et novembre 2010. La perte financière est de l’ordre de Rs 472 639. 15 250 autres comprimés valant Rs 23 180 reçus en juin 2009 ont expiré en février 2011.
Au 30 mars 2011, il y avait 77 818 flacons de gouttes pour les yeux en stock, représentant six années de consommation. Les dates d’expiration étant octobre 2011, un stock valant Rs 685 000 expirera avant usage. Par ailleurs, des bandes de tests pour le diabète ont expiré car les glucomètres étaient défectueux et hors d’usage. Déjà en 2008-09, l’Audit avait attiré l’attention du ministère de la Santé sur le fait que 10 346 boîtes d’un montant de Rs 2,6 millions avaient expiré.