La Government Services Employees Association (GSEA) a tenu une conférence de presse  pour commenter le rapport de l’Audit. « Il y a quelques années, l’Audit avait dit qu’il y a beaucoup de bureaux du gouvernement à Port-Louis et que l’État déboursait de Rs 600 M à Rs 700 M en termes de location de bâtiments privés annuellement. Suite à cela, nous avions écrit au gouvernement afin de lui demander d’acquérir ses propres bâtiments, un peu comme la Government House, pour ne pas avoir à payer de location », affirme Radhakrishna Sadien, président de la GSEA.
Selon le président de la GSEA, à l’époque où il a fait cette demande, il y avait beaucoup de terrains libres à Ébène où le GM aurait pu construire des bâtiment et faire d’une pierre deux coups en décentralisant des services. Mais le gouvernement, dit-il, a perdu du temps et dans l’intervalle les terrains d’Ébène sont presque tous devenus des propriétés privées.
« Kan inn vinn propriété privé, zot monte bâtiment kot pe loué avec gouvernement. Sa veut dire nu sorti locataire dans Port-Louis kot location ti deza fort pou nu ale dans Ébène kot location li pli fort ki location gouvernement pe paye dans Port-Louis. Mais sa l’argent là kot sorti ça ? ».
La GSEA a par ailleurs pointé du doigt la « privatisation » des services gouvernementaux et des lacunes quand il s’agit de la qualité du service. « Qualité workmanship manké », soutient-elle, citant les contracteurs qui ne respectent pas le deadline pour la construction des bâtiments. Et de relever que malgré des doléances contre certaines compagnies mentionnées dans le rapport de l’Audit, leurs contrats ont été renouvelés par le ministère des infrastructures publiques.
« Nous sommes là pour promouvoir un service de qualité. Le public attend beaucoup du secteur public. Nous avons envie de donner tout notre soutien pour améliorer le service », affirme Radhakrishna Sadien.