Les chiffres publiés par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui dépend de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), font froid dans le dos. En 2012, 8 millions de personnes sont décédées des suites d’un cancer, soit une augmentation de 8% en un an. Pour les années à venir, les experts du CIRC ne sont pas optimistes et prévoient une augmentation pouvant atteindre les 19,3 millions de cas en 2025, tenant compte que la population augmentera et vieillira. Maurice n’est pas épargnée, cette maladie représente la 3e cause de mortalité du pays. En 2012, 1942 nouveaux cas enregistrés et 12,3% de décès survenus cette année sont liés au cancer.
Quatre ans plus tôt, en 2008, l’OMS estimait qu’il y avait 12,7 millions de nouveaux cas et 7,6 millions de décès. Cette année, les chiffres fournis par le CIRC qui dispose de données sur 28 types de cancer sur 184 pays démontrent une progression alarmante du cancer dans le monde, touchant plus particulièrement les femmes. Les cancers les plus fréquemment diagnostiqués sont ceux du poumon (1,8 millions de cas, 13% au total), du sein (1,7 millions de cas, 11,9% du total) et le cancer colorectal (1,4 million de cas, 9,7% du total). Les causes les plus fréquentes de décès par cancer sont les cancers du poumon (1,6 million de décès, 19,4% du total), du foie (0,8 million de décès, 9,1% du total) et de l’estomac (0,7 million de décès, 8,8% du total).
Le cancer du sein prédomine chez les Mauriciennes
À Maurice, comme l’ont souligné les autorités lors des événements marquant le mois Octobre rose dédié au Cancer, cette maladie représente l’un des problèmes majeurs de la santé publique. Il s’agit de la 3e cause de décès, responsable notamment de 12,3% des décès en 2012. L’année dernière, 1942 nouveaux cas ont été diagnostiqués chez les Mauriciens, dont 1114 chez les femmes et 828 chez les hommes.
Selon le ministère de la Santé, cette tendance à la hausse serait attribuable à la population vieillissante et également aux changements de mode de vie ainsi qu’à l’environnement. Les principaux types de cancer à Maurice sont, chez la femme, le cancer du sein (39.3%) et le cancer colorectal (8,1%), et chez l’homme, le cancer de la prostate (14,2%) et le cancer colorectal (13,3%).
Des 1114 nouveaux cas de cancer diagnostiqués l’année dernière, 410 concernent le cancer du sein chez les femmes, soit 39,3% des cancers chez les femmes mauriciennes. 144 femmes sont décédées du cancer du sein, représentant 25,8 % des décès liés au cancer chez la femme, mais aussi la cause principale des mortalités liées aux différents types de cancer.
Selon l’OMS, les cancers du sein ont augmenté de 20% depuis 2008, tandis que la mortalité liée à cette forme de cancer a progressé de 14%. En outre, le cancer du sein représente 25% des cancers diagnostiqués chez les femmes. Le cancer du sein est, en effet, la cause la plus fréquente de décès par cancer chez les femmes, avec 522,000 décès. Avec 1,7 millions de cas, il s’agit du cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez les femmes dans 140 des 184 pays couverts, représentant près d’un cancer sur quatre.
Les dernières estimations indiquent ainsi que depuis 2008, l’incidence a augmenté de plus de 20% et la mortalité de 14%. C’est l’une des principales causes de décès par cancer dans les pays les moins développés, indique l’OMS, appelant à développer « des approches efficaces et abordables pour la détection précoce, le diagnostic et le traitement » du cancer du sein chez les femmes vivant dans ces pays.
L’OMS indique, de même, que le cancer du col utérin, avec 528,000 nouveaux cas chaque année est le 4e cancer le plus fréquent chez les femmes dans le monde, après les cancers du sein, colorectal et du poumon, notamment dans les pays subsahariens et en Inde. Il est également la 4e cause la plus fréquente de décès par cancer (266,000 décès en 2012) chez les femmes dans le monde. Selon l’OMS, plus de la moitié de tous les cancers (56,8%) et des décès par cancer (64,9%) en 2012 ont été enregistrés dans les régions les moins développées du monde. Proportions qui augmenteront encore d’ici 2025. En effet, les projections fondées sur ces chiffres anticipent une augmentation substantielle de 19,3 millions de nouveaux cas de cancer par an d’ici 2025. D’où la sonnette d’alarme tirée par l’OMS pour mettre en garde les pays et leur rappeler l’urgence de développer des approches efficaces pour la détection précoce et la prévention ainsi que pour le traitement.
Élaboration d’un PNC 2014-2018
À Maurice, un Plan National du Cancer (PNC) 2010-2014, au coût de Rs 25 M, avait été mis en place. Objectif: prévenir le cancer à travers l’éducation de la population, promouvoir le diagnostic précoce et le suivi. Plusieurs priorités avaient été identifiées dans cette optique et l’accent mis sur le cancer du sein et du col de l’utérus ainsi que celui du colon et de la prostate. Ce plan d’action tient en compte les différents aspects de la prévention primaire, du dépistage précoce, du diagnostic et des traitements, aussi la planification des services et la modernisation des équipements ainsi que l’optimisation des ressources, notamment en ce qui concerne la surveillance et la recherche. De même, ces derniers mois, le ministère de la Santé a déployé les ressources pour la décentralisation des soins dans les différents hôpitaux de l’île.
Un nouveau PNC 2014-2018 devrait, par ailleurs, être élaboré, suivant l’accord que le ministère de la Santé prévoit de signer avec le Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière/ Charles Foix, Paris, France. Ce protocole d’accord portera sur une  collaboration en vue d’améliorer le traitement du cancer à Maurice. Dans la même optique, outre le renforcement des capacités du personnel concerné par le traitement du cancer, une National Cancer Agency devrait être mise en place prochainement. Pour les patients et leurs proches, les autorités devraient aussi s’attarder sur la prise en charge globale des patients.