Les curieux des cultures du monde auront l’occasion de voir à l’oeuvre l’artiste Duncan Smith au Caudan aujourd’hui à 11 heures pour un lancer de boomerang. M. Duncan est à Maurice dans le cadre du festival australien qu’organise la Haute commission australienne (HCA) jusqu’à la fin du mois.
Les intéressés pourront aussi visiter l’exposition d’art contemporain australien qui a lieu en ce moment au Blue Penny museum. Une commémoration des 100 ans d’histoire atroce qu’à connu l’île-continent de 1867 à 1967 avec ce qui est connu comme les générations volées.
Duncan Smith, leader des Wiradjuri Echoes, anime aussi les soirées dans le cadre du festival culinaire qui se tient actuellement à l’hôtel Labourdonnais. Il fait découvrir au client l’instrument traditionnel des aborigènes, en l’occurrence le didgeridoo.
M. Smith a d’ailleurs animé trois ateliers de musique à l’intention des jeunes du conservatoire François Mitterand, de l’École de la vie de Baie-du-Tombeau et de la MITD de la Tour Koening durant la semaine.
Les plus jeunes, ceux des écoles primaires, ont quant à eux été initiés à la peinture traditionnelle lors d’un autre atelier au courant de la semaine. Les enfants ont ainsi eu l’occasion de découvrir les couleurs majeures de la tradition aborigène d’Australie, à savoir le blanc pour la mer, le noir pour le père, le jaune pour les filles et le bleu pour les garçons de la famille. Quant au rouge, il représente le lien de sang qui les unis.
M. Duncan donnera une conférence au musée Blue Penny ce lundi à 16 heures sur le thème de l’art traditionnel. Une démonstration complétera la session publique, qui se veut interactive.
Viande et vins
Le Labourdonnais, en collaboration avec la HCA, propose par ailleurs jusqu’au 31 mars un festival culinaire lors duquel le client aura l’occasion de découvrir de la bonne viande australienne, notamment le boeuf et l’agneau, de même que du vin de ce pays. Des produits préparés à base d’épices traditionnelles de l’île-continent par le chef Scott Webster. D’ailleurs, affirme ce dernier, on ne peut pas parler d’une cuisine australienne en tant que tel. Selon lui, le pays offre de la très bonne viande et il les prépare à partir d’épices traditionnelles. Mais « c’est ma cuisine que je propose », précise l’homme, qui possède une riche carrière internationale.
« Scott combines superb primary products and indigenous ingredients with Australia’s multi-cultural culinary diversity, creating dishes which when tasted and sampled, reflect a truly Australian cuisine », fait ressortir le dossier de presse émis par le Labourdonnais.
Figure ainsi au menu un Osso bucco d’agneau braisé et son jus parfumé au thym et au romarin, accompagné de sa polenta crémeuse. Mais également un rôti de boeuf Harvey relevé à la moutarde, un carré d’agneau en croûte de poivre Darrigo et fines herbes, ainsi qu’un médaillon de boeuf poêlé et son jus lié au poivre.